Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Knock on Wood

DEMOCRATIE : vue de l'intérieur ou de l'extérieur ? par Tzvetan Todorov

27 Mars 2012 , Rédigé par Ipsus Publié dans #GEOPOLITIQUE

 

  LES TROIS EFFETS PERVERS DE LA DEMOCRATIE :

 

la démocratie n’est pas un état qui se satisfait, par principe, de la situation déjà existante. Elle n’obéit pas à une philosophie conservatrice, à une pensée fataliste, au maintien de ce qui a toujours existé ou au respect inconditionnel des traditions.

 

1) « l’exigence de progrès », inhérent au projet démocratique lui-même : ce qui se passe néanmoins, à certaines périodes de la démocratie, c’est qu’elle se voit animée d’une conviction particulièrement forte : celle de se croire porteuse d’un bien supérieur et de considérer dès lors légitime de l’imposer par la force, et y compris par les armes, aux autres

 

2) le deuxième danger provient, là aussi paradoxalement, de l’un des plus beaux traits, de l’un des acquits majeurs, de la démocratie, libérale par définition : la défense de la liberté individuelle....Cet appât du gain individuel menace le bien-être du corps social.

 

3) C’est le populisme, qui est l’envers pervers de la démocratie ,  sous le seul coup de l’émotion et donc en dehors de toute rationalité. Ce risque de manquer ainsi du discernement nécessaire aux décisions importantes,

 

  http://bit.ly/HZnEVL 

  On peut regarder l'histoire politique du XXe siècle comme l'histoire du combat de la démocratie contre ses ennemis extérieurs : le fascisme et le communisme.

 

Ce combat s'est achevé avec la chute du mur de Berlin.

D'après certains, il se prolonge contre de nouveaux ennemis - islamo-fascisme, terrorisme, dictateurs sanguinaires...

 

http://lectures.revues.org/7571

 

Pour Todorov, ces dangers, certes réels, ne sont pas des candidats crédibles à cette succession.

 Le principal ennemi de la démocratie, c'est devenu elle-même, ou plutôt certains aspects plus ou moins visibles de son développement, qui en menacent jusqu'à l'existence même.

 

- Le premier est une forme de démesure, un avatar de la vieille hubris des Grecs : ayant vaincu ses ennemis, certains des tenants de la démocratie libérale sont pris d'ivresse.

Quelques dizaines d'années après la décolonisation, les voici lancés dans une succession de croisades où il s'agit d'apporter les bienfaits de la civilisation à des peuples qui en sont privés.

Or cette démesure, non contente d'être plus meurtrière qu'on ne le dit (car les " bombes humanitaires " tuent autant que les autres), est aussi destructrice de nos propres valeurs : on part se battre pour une juste cause, et on se réveille avec le cauchemar d'Abu Ghraïb ou de Guantanamo.

 

- Le deuxième est une étrange filiation : pour Todorov, il y a en effet une continuité entre le messianisme européen du XIXe siècle, qui a notamment ouvert la voie idéologique de la colonisation, le communisme et le néo-libéralisme contemporain.

Ce sont des doctrines proprement révolutionnaires, dont le but est d'établir un nouvel ordre du monde, et où la fin justifie les moyens.

 C'est une chose de croire dans l'universalité de ses propres valeurs et de souhaiter les promouvoir ; c'en est une autre de le faire avec une violence moins visible, et sans une considération attentive des peuples objets de notre sollicitude.

 

- La troisième menace est la tyrannie des individus : une doctrine de protection des libertés s'est aujourd'hui hypertrophiée jusqu'à donner à quelques puissants le privilège de s'approprier non seulement les richesses, mais aussi le pouvoir politique et la parole publique - bref d'occuper tout l'espace et d'exercer la liberté des renards dans le poulailler...

Liberté et barrières, tolérance et responsabilité, balance des contre-pouvoirs - seul un dosage subtil pourra permettre à la démocratie de durer en étant autre chose qu'un paravent ou un faux-semblant : un modèle où les forces contradictoires qui agitent individus et sociétés trouvent une forme d'équilibre perpétuellement instable, et où le " vivre-ensemble " garde un sens.

 

 http://bit.ly/HfvAz3 

 

dem.2

Partager cet article

Repost 0