Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

le 89 Arabe et révolutions en cours

5 Juillet 2011 , Rédigé par Ipsus Publié dans #MENA Afrique du Nord M.- O.

benjamin-stora.jpgNé le 2 décembre 1950 à Constantine en Algérie, Benjamin Stora est Professeur des universités   http://bit.ly/pEziMd

   arabe 89

http://bit.ly/jlb0e7  La première vertu des révolutions, c'est d'ouvrir l'horizon des possibles

 

« Il n'y a d'histoire que du présent », aimait à dire Lucien Febvre, l'un des fondateurs de l'école historique des Annales

 

Chercher à comprendre, trouver des repères, ébaucher des hypothèses :

c'est ce que nous avons tenté de faire, en partant du constat posé par l'un d'entre nous d'un « 89 » arabe qui évoquait aussi bien le 1989 européen de la chute du mur de Berlin que le 1789 de la Révolution française

 

  On retrouve dans le livre des points de repères historiques, comme le Portugal de 1974 ou la Pologne de Solidarnosc en 1981

 

Le rôle des Syndicats différe selon les pays et c'est surtout en Tunisie que l'UGTT a joué un rôle , car existant depuis 1924.

 

Avec les Révolutions incomplètes se pose la question : " faut-il l'achever ? "

 

Le fil conducteur de B.Stora  est que , pour le monde arabe, il y a surtout une reprise d'histoire.

 

Après la décolonisation, une autre histoire s'ouvre

et Ferhat Abbas l'appelle " les indépendances confisquées "

 

En 2011, les peuples reprennent l'histoire,là où elle s'est arrêtée dans les années 1960-70

 

C'est en Egypte qu'ont été créés les frères musulmans en 1929

 

B.Stora revient sur les reformes de Méhémet Ali ,au début du XIXé siècle

 

Nasser et le nationalisme arabe > 1952 en egypte .

 

A partir de 1968, le centre de gravité revient en europe et le Sud entre dans une " glaciation "

 

Le langage du socialisme  avant (1989 ) était celui du nécessaire Etat fort et excluait l'idée d'une société plurielle.

 

Les mouvements actuels veulent s'affranchir de l'Etat autoritaire et d'un Nationalisme fermé,agressif et répressif.

 

Dans toutes les révolutions,des figures nouvelles se révèlent.

 

Une relève des générations s'opére sous nos yeux, mais ils manquent d'avant-garde culturelle en situation d'alternative.

D'où risque que les anciennes forces reprennent le dessus.

 

Un Cycle qui a commençé avec la décolonisation,s'achève aujourd'hui.

 

dans le monde arabe,l'idée de la DEMOCRATIE est une idée neuve,car au lendemain des indépendances,

la démocratie fut confisquée.

 

L'idée démocratique est désormais mise en pratique,

avec le lien authentique,nouveau,entre l'invividu et la Nation.

 

- Avec la place Tarhir en Egypte, le peuple se réapproprie l'espace public.

 

- avec le développement d'internet ,il n'est plus possible de s'en tenir aux " versions officielles " de l'histoire.

 

Mais il a fallu sortir du virtuel pour aller dans la rue et c'est la société qui a décidé avec maturité et sans complot.

 

Internet a été une soupape,un moyen d'expression, mais les révolutions arabes vont au-delà :

les technologies de l'information ne permettent pas,à elles seules,de surmonter les conditions historiques réelles,vécues par les peuples.

 

Le lien collectif de fabrique dans le réel, avec regain de citoyenneté,qui rompt la solitude et donne de l'audace.

 

B.Stora revient sur l'influence de la chaine TV " al Jazeera " et l'impact de l'information sur le processus politique.

______________________________________

A partir de 1880, le monde occidental entre par effraction,dans l'histoire musulmane,selon B.Stora.

Ensuite vient une conflictualité qui contribue à forger un Islam,refuge politique et identitaire,par rapport à la modernité occidentale.

 

Par ailleurs,il existe un problème du côté des élites musulmanes,qui ont interrompu la transmission du savoir.

La Réforme ( Nahda ) n'a pas pu se développer.

 

 

Avec les relations d'état à état, on méconnait la société réelle,

d'où certaines surprises en 2011.

 

B.Stora cite des enquêtes sur l'immigration et surtout pourquoi les gens s'en vont

d'autant que 60 % de ces populations < 30 ans .

 

Ne pas vouloir reconnaitre la revendication de l'autre,conduit à des logiques d'affrontements ou de guerres.

 

Déjà Ferhat Abbas > 1945, affirmait que ce qui manque au monde arabe,c'est l'Education

_____________________________________

Un point moins connu,que souligne B.Stora

est le Communisme arabe et le tournant de 1965

 

L'écrasement des partis communistes a été un facteur puissant de réduction de la pluralité de ces sociétés.

 

Les batailles pour la défense des minorités,signifiaient aussi,la reconnaissance d'expressions politiques plurielles.

 

- 1965 : coup d'état et écrasement du parti communiste indonésien

 

- 1965 : coup d'état de Houari Boumédienne en algérie et dissolution de parti communiste

 

- au même moment s'amplifient les destructions des partis communistes égyptien,irakien,syrien.

 

Ainsi,cet écrasement,laissera la voie libre au repli religieux :  

ceci explique la faible transmission d'une mémoire séculiére dans les nouvelles générations.

 

Le balancier revient vers la stabilité des Etats,à base de parti unique,s'appuyant sur les " services " de l'armée;

 

Même en Iran,qui est différent,la destruction du parti Toudeh,a fait reculer la possibilité d'une sécularisation de la société .

 

Dès la fin des années 1970,donc bien avant la fin de l'URRS,la place était libre pour une montée en puissance des courants islamistes.

 

La guerre en Afghanistan des années 1980,va amplifier le phénomène.

_________________________________________

En Syrie,le parti Baas date de 1947,

mais ce nationalisme arabe laiciste,a trahi sa promesse.

 

La faillite politique du nationalisme arabe s'est développée à l'épreuve du pouvoir

et a sombré dans l'autoritarisme et la corruption.

 

L'Occident s'en est accomodé,car ces régimes furent considérés,à tort,comme laics et républicains

puis comme un rempart contre " l'intégrisme religieux " .

 

Le nationalisme arabe s'était adossé au communisme stalinien et disposait d'un vernis idéologique,avec un front du refus face à l'Occident.

 

Le nationalisme arabe avait déjà été influençé par les " états forts" , nés dans les années 1930.

 

En 2011 il y a ,selon B.Stora , " un néonationalisme arabe ",où les gens entrent en contact,se comprennent par le biais d'une langue arabe renouvelée,standardisée,via TV Al Jazeera.

 

  L'idée du nationalisme arabe reste à l'ordre du jour,un peu comme l'idée européenne.

 

Le " néonationalisme arabe " devra redéfinir certains de ses rapports avec les MINORITES, car s'il évacue,encore une fois,la question de la diversité,il retrouvera la crise ( comme en Algérie )

____________________________________________

  B.Stora évoque les Monarchies qui ont contaminé les Républiques

 

La question de la sécularisation,de la séparation du politique et du religieux va se poser.

 

Le culte du leader unique et charismatique : cette époque est révolue.

 

Le passage par la Démocratie ouvre l'espace de la sécularisation du religieux,

ce qui ne veut pas dire le supprimer

mais accompagner sa laicisation.

 

Il y a une volonté de rupture avec l'histoire des successions ( fils de... )

 

Mais partout,l'Armée occupe encore une place imortante

 

Enfin,dans Révolution, il y a aussi " contre-révolution ",

donc rien n'est acquis.

 

B.Stora rebient sur l'expérience douloureuse du " printemps berbère" en Algérie,

ce qui expliquerait la prudence des gens à suivre le mouvement actuel en tunisie ou en Egypte.

   

On revient à l'esprit de 1789 : qui nous représente ?

 

  Les dirigeants arabes en 2011 n'avaient pas vu arriver les nouvelles générations,les exigences de justice et de vérité,la mondialisation de l'information  et même la Cour de Justice internationale....

Les anciennes générations sont dépassées

 

- taux de fécondité en baisse et son incidence

 

- éducation et poids des jeunes

 

- avènement d'une société d'individus,où le groupe,la communauté,la famille,ne pèsent plus avec la même force,n'ont plus la même emprise sur les êtres.

 

 

- le signe d'un rapport nouveau au monde,à la famille,à la tradition,marquent une entrée en modernité de l'ensemble de ces sociétés.

 

 

0n peut espérer qu'il s'agit de la génération " post-islamiste "

avec un rapport au temps qui a changé.

________________________________________

B.Stora n'oublie pas la PALESTINE,

mais ce n'est pas l'objet de ce " printemps "

 

par contre,l'argument que seul Israel était une démocratie dans la région,ne tiendra plus tres longtemps

et ce n'est pas un privilège destiné à certains peuples.

 

Comme le livre est sorti en juin 2001 on verra comment se finit l'année.

 

B.Stora parle surtout de" la peur de l'autre "..... avec Israel ayant une mentalité " d'assiégés "

 

Il évoque le Hamas,dont les soutiens en Iran ou en Syrie pèseront moins.

 

Si la question de la Laicité traverse le monde arabe,la redéfinition du lien citoyen,finira aussi par se poser en israel,selon B.Stora,

qui rappelle qu'Hannah Arendt avait déjà fait des mises en garde

autour de 1948

 

B.Stora évoque la légitimité de l'Etat d'Israel..." dedans "

mais s'interroge sur le " dehors " ( territoires occupés ) .

  _________________________________________________________________

 

B.Stora pense qu'en 2012,l'Algérie qui fêtera le cinquantenaire de son indépendance,pourrait prendre un nouvel élan?

 

La SYRIE, qui appartient au nationalisme arabe,B.Stora dans le livre,

pensait à une ouverture diplomatique...

mais l'été 2011 prend une autre tournure.

 

Pour les relations Nord-Sud,

B.Stora revient sur l'attitude de la France

et s'étonne aussi que " le parti socialiste ne se soit pas saisi de l'événement ".

 

Plus loin,il aurait bien souhaité que nos syndicalistes soient aussi sur le terrain.

 

Chacun en tirera ses propres conclusions,en fonction de sa sensibilité....

 

 

En Lybie,les insurgés se sont vite réappropriés le drapeau de 1951,celui de l'indépendance.

C'est un signe de cette remise en mouvement de l'histoire.

 

Pour ce qui est de notre intervention en Libye,B.Stora rappelle la " non-intervention" en Espagne ( 1936-1939 ) du gouvernement socialiste de l'époque,

envers les républicains en lutte contre le franquisme.

 

Par ailleurs,dit-il,la Lybie n'est pas l'Irak:

en Irak personne n'avait demandé une intervention étrangère,pas même l'opposition chiite.

En Lybie,ils ont dit " aidez-nous " .

 

Quant aux compagnies pétrolières,B.Stora a l'objectivité de rappeler, qu'elles sont présentes en Lybie depuis de nombreuses années.

 

- le livre se termine par des indications biographiques et chronologiques.

 

- il y a des tas d'ouvrages et d'articles d'une histoire en marche,

  et celui-ci n'épuise pas le sujet d'autant que les co-auteurs ont leur " sensibilité "

Printemps arabe 9

Pour se faire sa propre idée il faut lire des points de vues différents

et dans une autre synthèse j'évoquerai

le " choc des révolutions arabes " de Mathieu Guidère

qui n'a rien à voir avec l'américain du choc des civilisations

 choc http://0z.fr/X8H2W

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :