Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

Le Descenseur social en 2007

10 Avril 2007 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Dans L'AIR DU TEMPS

France 2 «  Mots Croisés « Lundi 9 avril - 23h15

A moins de 2 semaines du 1er tour, cette émission s'efforçait de retenir les thèmes importants de cette campagne et,parmi les invités,un sociologue, qui a rappelé les enjeux et quelques chiffres ,jusqu'ici négligés,concernant 30 % de la population.

 Alain MERGIER, sociologue et directeur de l'Institut WEI

 

 Quelque chose s’est cassé. Dans les têtes d’abord. C’est ce que nous rapporte le livre d’Alain Mergier et Philippe Guibert,

Le descenseur social.

 Dans les milieux populaires, la représentation de la société, comme celle de l’avenir est singulièrement pessimiste. L’ascenseur social fonctionnerait toujours… mais dans le sens exclusif de la descente !

 L’Etat, hier garant de la promesse républicaine, serait devenu une « menace ». Les dispositifs de protection sociale contribueraient même à déposséder les individus « de toute capacité à se retrouver sujet de sa propre vie ».

La société vécue par les milieux populaires est violente, la menace y est permanente et « toute relation devient potentiellement agressive ». Là encore, l’Etat aurait failli en « renonçant, de fait, à son monopole de la violence ».

 Enfin, troisième pilier de la société vécue par les milieux populaires, les politiques d’intégration seraient un échec.

Le descenseur social. Enquête sur les milieux populaires : Que représentent-ils encore aujourd’hui ? Qui sont-ils ?
D’abord, ils représentent un « impensé » de la politique qui vit encore trop souvent sur le mythe de la grande classe moyenne. Ce mouvement de convergence a une réalité jusqu’à la fin des années 70.

Nous vivons, aujourd’hui, dans l’éclatement de cette grande classe moyenne, sans en avoir pris la mesure de cette reconfiguration sociologique et de ses conséquences politiques. On ne sait plus bien comment cette partie de la population raisonne, on se contente d’enregistrer et de subir les aléas de leurs attitudes, de leurs opinions et finalement de leur vote.

Les milieux populaires représentent presque 15 millions de salariés en France.

Le nombre d’ouvriers a diminué depuis 30 ans mais ils sont « encore » 7 millions dans ce pays, à comparer aux 4 millions de cadres et professions intellectuelles.

 Quant aux employés, c’est la catégorie de salariés qui a le plus augmenté depuis 20 ans, et la plus importante aujourd’hui, avec environ 8 millions de personnes.

 Les milieux populaires représentent plus de la moitié de la population active et 60% des salariés. En termes électoraux, c’est un électeur sur trois ! Faut il préciser que sortir de cet « impensé » est un enjeu central pour 2007.

Qu’est-ce qui justifie de rapprocher employés et ouvriers aujourd’hui ? Est-ce un ensemble homogène ?

Homogène, non. Mais attention, ne nous laissons pas leurrer avec cette thèse de la fragmentation sociale qui voudrait voir succéder aux classes sociales un émiettement de la population vivant selon des réalités sans commune mesure.

Ce que nous avons constaté avec Philippe Guibert, c’est que cette population vivait certes des expériences sociales très contrastées mais qu’elles avaient en commun un cadre très contraignant.

 De quoi est constitué ce cadre ? Il y a d’une part des salaires moyens très proches : environ 1.300 euros nets mensuels. Attention, ce chiffre vaut pour les salariés en CDI à temps plein. La réalité des revenus moyens des employés et ouvriers est dans les faits plus basse, compte tenu des contrats précaires, des temps partiels subis –ce sont les travailleurs pauvres - et du chômage…

 Le phénomène majeur, aujourd’hui, dans les milieux populaires, c’est l’émergence de ce qu’Eric Maurin a appelé le « prolétariat des services », dans le commerce, la grande distribution, les services aux personnes et aux entreprises. C’est là que se développent les métiers peu qualifiés, surexposés au chômage, à la précarité, aux bas voire très bas salaires. Ils représentent près de la moitié des ouvriers et employés d’aujourd’hui.

Employés et ouvriers ont un autre point commun : 80% d’entre eux n’ont pas le bac, c’est la proportion inverse dans les classes moyennes et supérieures.

Enfin ce sont les employés et les ouvriers qui ont la plus forte exposition aux crises de la société française. L’exposition au chômage tout d’abord, avec un taux de chômage supérieur à 10% (fin 2004) dans ces deux catégories, alors qu’il est de 6% chez les cadres et catégories intermédiaires.

 L’exposition à la précarité ensuite : la très grande majorité, voire l’essentiel des 3 millions de salariés précaires dans notre pays sont des employés ou des ouvriers et c’est encore plus vrai bien sûr chez les moins de 30 ans.

Au total, un ouvrier ou un employé sur trois est touché par la précarité ou le chômage : cela veut dire que la quasi-totalité des familles sont concernées, parents ou enfants…

L’exposition ensuite à la violence et à la délinquance : c’est dans les quartiers populaires que les violences faites aux personnes sont les plus nombreuses, et de très loin, chacun le sait bien.

Vous le voyez, la société « post industrielle » n’entraîne pas, loin de là, la disparition des milieux populaires. Leur figure emblématique n’est plus le métallo, mais la caissière de supermarché, l’assistante maternelle ou le magasinier.

 Aussi disparates que soient les situations de cette partie de la population, il y a un problème commun, fondamental que l’on peut résumer en une phrase : comment se débrouille-t-on lorsque l’on est le plus mal loti économiquement et le plus exposé à toutes les menaces sociales pour se construire une vie décente ? Ce problème est celui des milieux populaires.

Cette enquête vous a conduit à tirer des conclusions qui vont au-delà de la perception commune que la société a des milieux ” populaires “. Comment ces milieux perçoivent-ils notre société ? Au-delà des difficultés quotidiennes, le chômage est-il leurs seules préoccupations ? Ou d’autres phénomènes plus en profondeur ont-ils fait leur chemin?

Les représentations des milieux populaires, la société les perçoit à travers ce que nous avons nommé le « descenseur social », mais aussi à travers la violence et les échecs de l’intégration.
Commençons par le descenseur social.

Je voudrais dire d’abord que si nous avons choisi ce terme ce n’est pas pour désigner ce que d’autres ont stigmatisé comme une panne de l’ascenseur social. Non. Le descenseur c’est, d’une certaine façon le contraire de cette panne.

 Le descenseur social désigne une véritable rupture dans la relation qu’entretiennent les milieux populaires et la société.

L’ascenseur social fait partie de la promesse républicaine. Il imprime une dynamique au fonctionnement social. Pour celui qui le veut, qui s’en donne la peine, il pourra demain s’élever dans la société.

 L’avenir est ouvert. Il y a du possible. Pour lui, pour ses enfants. L’ouvrier pouvait se dire : « pour moi c’est dur, mais je le fais avec l’espoir que mes enfants, eux, vivront une vie meilleure ». Cette orientation ascendante de la société n’a pas pu évacuer les lourds processus de reproduction sociale, mais elle ouvrait une espérance.

 En un mot, avec l’ascenseur social la société était pleine de promesses. Il y avait des luttes, des conflits, des tensions mais l’issue était ouverte. Aujourd’hui, pour les milieux populaires, cette pente ascendante ne s’est pas aplanie ! Non, elle s’est retournée. La société pour eux, est orientée vers le bas. La pente est descendante.

Nous évoquons dans le livre cette figure majeure de l’expérience sociale : la spirale vicieuse qui peut vous faire passer du CDI au chômage, à des contrats précaires de plus en plus courts, avec des périodes de chômage de plus en plus longues, et qui vous fait glisser vers le RMI.

Bien entendu, tout le monde n’est pas englouti par cette spirale fatale. Mais chacun la ressent comme une menace. Dans ces conditions, on emploie toute son énergie non plus pour progresser mais pour résister à cette force d’attraction vers le bas. La pesanteur sociale.

 La rupture historique est là : la société était promesse, elle est devenue menace.

 Les milieux populaires attendent que les principes de la République orientent de nouveau nos vies.
Mais notre analyse, hélas, ne s’arrête pas là. Cette menace sociale qui caractérise l’expérience des milieux populaires se double d’une menace d’une autre nature. Celle de la violence quotidienne.

Cette violence qui s’est insinuée dans les relations quotidiennes et qui, permettez-moi l’expression, pourrit la vie de tous les jours. Les milieux populaires nous l’avons dit, sont surexposés à ce qui peut surgir à tout moment et en tout lieu. Quel est le sens de cette violence ? Si vous voulez ne pas prendre en considération ce problème c’est simple. Je vous donne la recette : parler du sentiment d’insécurité. Renvoyez cela à une perception subjective, irrationnelle. Evoquez les médias. Parlez de psychose. Evoquez l’argument populiste. Mais n’allez pas rencontrer les milieux populaires avec ces arguments. Vous leur parlerez chinois.

La menace de la violence fait partie de leur vie quotidienne et ce qui, de ce fait, est en jeu, c’est un droit, le plus élémentaire. Le droit qui se traduit par cette phrase qu’une mère de famille nous a offerte dans sa simplicité fracassante : « ce que je voudrais, c’est pas grand-chose quand même, c’est d’envoyer mes enfants à l’école sereinement » . Cette sérénité, les milieux populaires n’y ont pas droit. Inutile de leur opposez de chiffres officiels sur la sécurité.

Cette dissolution de la sérénité a un autre nom : les manquements de l’Etat. Les milieux populaires ont quelques bonnes raisons d’attendre que cet Etat reprenne ce que l’anthropologie politique nomme « son monopole de la violence ».

Vous évoquez également des échecs de l’immigration. Pourtant les chiffres montrent que ces échecs sont minoritaires. Comment expliquer ce décalage entre les réalités objectives et ce que ressentent les milieux populaires ?

Cette question est importante. Lorsque les milieux populaires parlent d’échecs de l’intégration, il n’évoquent pas de chiffres. Ils évoquent ce qu’ils voient tous les jours.

N’oubliez jamais que dans cette affaire, ils sont en première ligne. Et tous les jours, ils voient ici ou là des jeunes Français, beurs ou noirs dont les comportements posent des problèmes. Leur expérience est celle de ces déviances là. Que ces jeunes représentent 50%, 10% ou 1% ou 0,05% de la population française issue de l’immigration importe peu. Ils peuvent le croire mais peu leur importe.

Pour eux l’échec cela ne signifie pas qu’une majorité d’immigrés n’arrive pas à s’intégrer, mais qu’une majorité de problèmes de déviances comportementales est suscitée par une population issue de l’immigration.

Je voudrais profiter de votre question pour insister sur un point. Les milieux populaires resteront « impensables » tant que l’on n’ abordera ce qu’ils vivent, ce qu’ils ressentent, ce qu’ils disent qu’avec un a priori qui est celui du manque d’objectivité.

 Ils resteront « impensables » tant que l’on opposera à leur parole des chiffres et des statistiques. Cette forme de relation qui domine l’attitude politique est une attitude de déconsidération de ce que les gens vivent. A celui qui évoque le poids menaçant de la violence, répondre que les chiffres d’agression ne sont pas aussi terribles que ça, surtout dans son quartier, c’est nier son expérience. C’est lui dire qu’elle ne vaut rien. Qu’elle n’a pas de valeur.

Or, ce qui, aujourd’hui, me semble devenir un enjeu politique majeur c’est de reconnaître que l’expérience subjective est une réalité à part entière. Les chiffres et les statistiques constituent une réalité objective, mais l’expérience de chacun aussi, c’est une objectivité d’un autre ordre. Et c’est dans la tension entre ces deux représentations que le travail politique doit s’engager.

Si les responsables politiques ne reconnaissent pas ces deux ordres, la distance entre eux et les milieux populaires ne pourra que prendre les proportions d’un abîme.

  Imprévisibilité

 Impossible de comprendre ce qui est en train de se passer en France sans se reporter à ce que furent les deux échéances électorales de 2002 et 2005

 Bifurcation

 En 2002 et 2005, les milieux populaires ont fait une expérience politique nouvelle, celle de leur pouvoir de faire bifurquer l’histoire. De cette expérience que la répétition confirme, est née une conscience des milieux populaires, non pas une nouvelle conscience de classe, mais la conscience d’un pouvoir d’impact sur l’opinion.

 

  Une conscience d’opinion qui intègre le fonctionnement de l’opinion publique et de ses dispositifs : événements, médias, sondages. Avec 2002 et 2005, les milieux populaires retrouvent une voie d’accès au pouvoir politique.

 Destitutions

 Revenons dans un premier temps sur ce qui s’est passé en 2002 et 2005. Les études que nous avons menées sur l’un et l’autre scrutins ont fait apparaître que l’expérience sociale des milieux populaires s’organise autour d’une double destitution :

 A/Les milieux populaires ont l’impression d’avoir perdu la main sur leur destin et qu’ils sont engagés dans des processus sociaux qui ne sont plus que menaces. Ce phénomène que nous avons qualifié avec Philippe Guibert de «descenseur social» conduit à une première destitution, celle du sujet économique.

 B/La seconde destitution est en quelque sorte complémentaire de la premièreL’expérience, douloureuse, de cette première destitution n’est pas représentée par les discours qui structurent le champ du politique, autrement dit par l’institution politique. S’il y a une crise de la représentation politique, elle se définit en ces termes : les mots, les catégories, les oppositions de valeurs qui organisent l’univers de la parole politique ne rendent plus compte de l’expérience sociale des milieux populaires. Cette expérience sociale ne peut plus compter, elle compte pour rien.

 

  La seconde destitution est celle du sujet politique  

 

 On peut faire l’hypothèse que les milieux populaires constituent aujourd’hui la population la plus porteuse de changement politique, alors que l’élite paraît la plus fermée. Les clivages peuvent de ce point de vue s’exprimer de la façon suivante :

 le clivage principal oppose les milieux populaires à «l’expertise élitiste».

Le second clivage se redessine aujourd’hui entre droite et gauche, sous l’impulsion des milieux populaires, dans la redéfinition des valeurs au nom desquelles sont abordées les réalités de l’expérience sociale.

 Réaffirmation

 Une si pathétique situation pouvait faire craindre une dépolitisation. Or celle-ci n’est pas dominante car s’est développée en milieu populaire une nouvelle compétence politique. Les grands rendez-vous démocratiques, on ne les boude pas, on les saisit comme des opportunités pour se réaffirmer comme sujet politique.

 

  Le mécanisme est simple :c’est en exprimant un refus que l’on s’affirme.C’est en s’opposant que l’on conquiert ou reconquiert un statut de sujet. Le sujet est celui qui s’oppose pour s’affirmer. L’expertise de l’élite ici encore méconnaît ce phénomène. Elle parle de vote sanction, de vote protestataire. C’est très réducteur car ce n’est retenir de ces votes que l’aspect négatif dont il est facile d’en réduire la portée.

 

 Alors que le caractère négatif n’est là que pour sa finalité positive de la réaffirmation du statut politique. 

Ces mécanismes de réaffirmation politique constituent aujourd’hui un enjeu majeur des milieux populaires. La demande politique qui les soutient est celle de la reconnaissance : reconnaissance de l’expérience sociale, reconnaissance du statut d’acteur économique, reconnaissance du statut de sujet politique.

 Nouvelle étape de la vie démocratique

 Nous devons faire l’hypothèse que ces deux dates inaugurent une nouvelle étape de la vie démocratique française : un nouveau rapport entre opinion et démocratie dont l’expertise de l’élite, encore elle, tâche déjà d’escamoter la nouveauté en évoquant les horreurs de la démocratie d’opinion.

 Nous nous trouvons alors devant un véritable paradoxe : ce qui a permis au milieu populaire de mieux se reconnaître dans l’offre politique est en même temps ce qui a brouillé les repères entre la droite et la gauche.

 Interpellation et indécision

 

  Le fait de se sentir l’objet d’une attention soutenue par les candidats des deux grands partis politiques français produit dans les milieux populaires une situation à la fois nouvelle et complexe. Les processus de choix se répartissent sur deux niveaux.

 Le premier niveau relève d’un choix sur la nature du vote : je vote pour réaffirmer mon statut de sujet politique, ou bien je vote en tant que sujet politique.

 

  Si j’opte pour ce type de vote, je me trouve confronté à un deuxième niveau de choix qui oppose les offres politiques en concurrence.

 Situation complexe et que les brouillages nécessaires des repères et des clivages ne permettent pas de simplifier.

 L’indécision caractéristique de la période de pré-campagne n’est pas le signe d’un manque d’intérêt. Elle est bien au contraire ce qui résulte d’une forte implication.

 Malaise de l’expertise

 La perturbation des repères et clivages traditionnels entre droite et gauche se fait sentir plus durement dans les classes moyennes supérieures et plus particulièrement dans les milieux intellectuels. Pour aller vite, nous dirons que la déstabilisation est particulièrement forte chez les sociaux-démocrates.

 

  Par quoi sont-ils perturbés? Manifestement par la remise en cause de ce qui les constituent dans leur identité politique :l’expertise au nom de quoi s’exprime cette population.Cette expertise est constituée d’un ensemble de connaissances : économiques, entrepreneuriales, techniques, juridiques, politiques… Mais aussi des modalités d’application de ces savoirs qui supposent une distribution des places très précise : il y a la place de l’expert et, en face, la place… de l’expertisé. C’est en ce point que le problème se pose. La situation créée par le centrage de la campagne sur les milieux populaires a renversé cet ordre de l'expertise.

 http://www.jean-jaures.org/NL/263/Mergier.pdf

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :