Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

l'air du temps,la mode et les tendances : current Trends

29 Juin 2018 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Dans L'AIR DU TEMPS

En 1996 j'ai lu les extraits d'un livre anglais sur " l'air du temps " , notion semblant anodine à première vue , mais fondement de beaucoup de changements , dont, sur le moment,on ne s'aperçoit que très rarement des liens .

Certaines personnes ont une sensibilité plus développée , un " feeling " particulier et pas uniquement dans la Mode .

JUNG a mis en évidence " l'inconscient colectif " , complétant l'approche de Freud .

Historiquement , on relève des CONVERGENCES à la Renaissance ,entre l'avènement en peinture de la PERSPECTIVE et l'évolution générale de la Pensée religieuse , vers une conception plus humaine .

http://laperspective.canalblog.com/archives/2009/02/19/12613882.html

Avant l’invention de la perspective, la taille des personnages dépendait de leur importance sociale et non pas de leur place par rapport au lieu. Il n’y avait même pas de notion d’espace. Les figures sont souvent représentées sur un même plan et même parfois les uns sur les autres. Le plus souvent le décor correspond à un fond doré ce qui interdit toute idée de profondeur. La réalité spatiale n’est donc pas prise en compte.

Giotto est le premier à s’y être intéressé au XIVe siècle

http://comprendrelapeinture.com/la-perspective-en-peinture/

Qu’est-ce que l’inconscient collectif ? La définition de Gustav Carl Jung :

«  Ma thèse est donc la suivante: en plus de notre conscience immédiate, il existe un second système psychique de nature collective, universelle et impersonnelle qui est identique chez tous les individus. Cet inconscient collectif ne se développe pas individuellement, mais est hérité. Il se compose de formes préexistantes, les archétypes, lesquels donnent un sens aux contenus psychiques »

https://la-philosophie.com/inconscient-collectif-jung

Les SYSTEMES se renouvellent quand ils n'arrivent plus à expliquer certains désordres survenant entre eux , quand ils sont déséquilibrés 

L'air du temps change quand il n'est plus apte à rendre compte de certaines evolutions .

Le premier écologiste a peut-être été Aristote ou peut-être son étudiant, Theophrastus, tous les deux s'étant intérêssé à beaucoup d'espèces animales .

L'apparition de l'Ecologie est contemporaine du ralentissement de la croissance et des dysfonctionnements des grandes structures industrielles .

En 1972, les Nations Unies ont tenu la première Conférence Internationale sur l'environnement humain à Stockholm

http://cweben.free.fr/florilege/ecologie-histoire/

 

l'air du temps,la mode et les tendances : current Trends

L'Esprit du temps (Grasset, 1962) est un livre majeur. Un des premiers à avoir perçu une « révolution culturelle » profonde au milieu du xxe siècle dans les pays occidentaux, une mutation dans les pratiques et les représentations collectives. Elles restent, aujourd’hui encore, les nôtres dans le contexte de sociétés de marché dérégulées, ayant connu une accélération et une expansion illimitées.

L’émergence de cette révolution dans les mœurs induisant des modes de faire communs, des manières de s’intéresser à soi inédites tient à la naissance du temps libre ouvrant sur une consommation des loisirs ; elle tient encore à des modes de communication (presse, télévision, cinéma) qui alimentent et diffusent comme jamais auparavant modèles et idéaux.

L’invention d’un « temps pour soi » va promouvoir en effet les pratiques de bien-être et de bonheur individuelles, la construction d’un univers médiatique va offrir les références imaginaires dont ces pratiques « individualistes » tirent leur légitimité. Une vie nouvelle faite de centration de l’individu sur lui-même s’affirme, toujours plus forte.

Une culture nouvelle faite d’hédonisme et d’« autoconsommation » personnelle se développe, et s’intensifie jusqu’à devenir omniprésente. Valeurs et individus ont changé, se sont transformés, bouleversant leur vision d’eux-mêmes, leur vision du monde et du temps : ascendance de l’intime, focalisation sur le présent, absolutisation du loisir et du jeu, triomphe d’un style de vie centré sur le sujet.

L’individualisme contemporain s’impose en ce milieu du siècle, indifférent aux vieilles transcendances, capté par l’enjeu de la vie personnelle et par la quête d’autoréalisation.

L’analyse d’Edgar Morin est ici cruciale : elle approfondit et élucide l’enquête sur la modernité, suscitant aussi l’interrogation sur les changements intervenus depuis les années 60. Lire à nouveau ce texte peut contribuer à mieux saisir l’origine des modèles actuels ; c’est aussi conduire à s’interroger sur certaines de leurs composantes les plus récentes

https://www.cairn.info/revue-communications-2008-1-page-87.htm

 


En mettant une rubrique
" dans l'air du temps " , dans mon blog,
au départ ,c'était pour ne pas m'enfermer dans des classifications rigides et d'illustrer ," au feeling " certains thèmes .

Les " bureaux de tendances " ,analysent l'air du temps et chacun peut tenir un cahier de tendances, en humant l'air, en lisant ou en étant curieux...et s'approprier,ensuite ces idées qui auront cheminé.

Il suffit ,parfois, de remettre en cohérence ,ce qui n'était pas formulé , en l'organisant.

Les professionnels ont des grilles d'analyse, car une IDEE se façonne.

http://lemainelivres.blogs.lemainelibre.fr/nelly-rodi-prevoit-lair-du-temps-08-05-2017-829
 


Les Idées ont leur cycle de vie

http://www1.rfi.fr/francefr/articles/105/article_71925.asp

Quant aux besoins,ils sont souvent banals : un taxi c'est banal,encore faut-il le trouver quand il pleut...

Les idées reçues peuvent être dans l'air du temps
et diffuser un " prêt à penser ":
à nous de savoir y résister.

 La MODE flirte souvent avec l'air du temps pour proposer des Identités.

A la " belle époque",Paul Poiret invente,dès 1903,une nouvelle silhouette pour la femme et la libère du corset :
j'en connais,en 2009,qui en ont toujours un dans leur tête...

Au rang des indémodables,on classe le JEAN : il est intemporel, sous réserve de se remettre au goût du jour.


Sur des cycles longs,des couleurs ou des matières,reviennent dans l'air du temps ( revivals ).

Les faiseurs de mode disent " je pense , donc TU suis " ( Pierre Desproges ).

La Mode est un jeu d'influences,vers de nouvelles tendances.

CHANEL disait qu'il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue.
Mais la rue peut également créer la Tendance.

Dans les années 60 le mouvement Hippie a rejeté l'autoritarisme et développé une
" anti-mode ".

La rue est souvent le révélateur de nos comportements et il suffit de mettre en place un système de " veille ", pour faire remonter des informations sur les évolutions et les tendances.

Roland Barthes évoquant le système de la Mode,disait qu'elle était élaborée à partir de 4 thématiques:
la nature,la géographie,l'histoire et l'art.

On peut donc les combiner.

La Mode,pour être accessible,doit fabriquer du SENS,pour justifier la tendance.
En effet,on consomme mieux ce que l'on comprend.

Par ailleurs,la Mode peut,à certains moments,proposer une RUPTURE,en nous proposant de passer à autre chose ( ce peut être le cas en Musique aussi ).
Mais l'art de la tendance est de proposer une Rupture acceptable,comme le fit la mini-jupe,dans les années 60.

A notre époque,la limite de la liberté créative peut être celle des ratios financiers.

En fait l'ENJEU est souvent : comment exprimer ses différences,en restant dans l'air du temps ?

Les mouvements de style ont très souvent une action anticipatrice

de " l'air du temps " : les extravagants peuvent anticiper notre avenir , comme les PUNKS à Londres en 1977.

https://www.spin.com/2007/09/1977-year-punk-exploded/

 

La diversification nous amène à l'ACCESSOIRE ( les produits dérivés ) qui est un produit facile à consommer.
C'est ainsi que les marques ont transformé les Lunettes,en accessoires de mode.


On se souvient également ( dans les années 60 ) des Montres :
" vous vous changez,
changez de Kelton
"...


C'est une évidence de rappeler l'influence de la mondialisation,via internet et la TV...

Au fil du temps,les tendances finissent même à digérer les excès.

Dans nos sociétés modernes,le produit a perdu de sa valeur,au profit des valeurs d'usage:
ainsi,les consommables,à la longue,reviennent plus cher que l'imprimante
ou certaines machines à café,génèrent des coûts induits avec leurs " capsules "
( what else ? )...

Si la Mode parle plus aux Sens qu'à l'esprit,l'esthétique l'emporte sur la technique.

Pour revenir à la COMMUNICATION ( de mode ) ,c'est l'image que notre style renvoie aux autres.

La mode a donc ses rites,ses codes et son langage,comme
le blouson noir de Marlon Brando dans l'équipée sauvage ( 1954 )

1

« Les tendances, c’est tendance » (p.5). Ainsi commence le livre de Guillaume Erner qui propose une synthèse sur la sociologie des tendances.

Même si la mode est née il y a déjà plusieurs siècles, le terme « tendance » est devenu un véritable argument marketing depuis ces dernières années. Et les sciences sociales sont face à une question difficile :

Pourquoi certains goûts et comportements sont-ils adoptés, de manière si soudaine et si éphémère, par une grande partie de la population ? C’est ce qui conduit l’auteur à livrer des données pour déterminer l’origine des tendances, leurs modes de diffusion et les raisons pour lesquelles nous supportons cette aliénation.

 Une tendance part d'un point statistique bas et y retourne, après un mouvement ascendant. Un sociologue, quant à lui, définirait plutôt une tendance comme "un comportement adopté de manière temporaire par une partie substantielle d'un groupe social parce que ce comportement est perçu comme socialement approprié pour l'époque et la situation

 "Une tendance massive est toujours une tendance confidentielle qui a réussi", écrit Guillaume Erner 

Il reprend à son compte la distinction entre tendance fonctionnelle et tendance non fonctionnelle.

La première rassemble les choix dictés par des évolutions économiques, technologiques, réglementaires. L'achat d'un logement ou d'une voiture relève largement de cette catégorie.

La seconde, en revanche, regroupe des phénomènes de mode non explicables par autre chose qu'une pure évolution des goûts, comme par exemple le choix d'un parfum.

Les tendances, et en particulier leur rapidité de renouvellement, seraient le marqueur de l'état de nervosité d'une société. 

Le consommateur à l'affût des tendances acquerra non pas le bien qui lui plaît le plus, mais celui qu'il estime être en mesure de plaire au groupe social de référence.

Les producteurs eux-mêmes opteront pour des gammes qu'ils jugent non pas adaptées à la société, mais susceptibles d'être considérées comme telles par les consommateurs.

En dépit de la multiplication des bureaux de style et des agences de marketing, les tendances procèdent d'une alchimie complexe et ne mettent personne à l'abri de l'échec.

Le cas de la Renault Avantime est parlant. Comme le souligne Guillaume Erner, cette voiture de prestige avait tout pour plaire, mais a trop rompu avec les habitudes des consommateurs de véhicules haut de gamme.

http://www.melchior.fr/lecture/sociologie-des-tendances

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :