Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine

19 Février 2022 , Rédigé par Ipsus Publié dans #EUROPE de l'Atlantique à l'Oural, #GEOPOLITIQUE

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !

Suspendez votre cours :Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

Pour paraphraser Alphonse de LAMARTINE ( 1790 - 1869 ) dans Le lac ,on attendait que l'OTAN,suspende son extension vers l'Est de l'Europe

L'OTAN - l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord - est une alliance militaire formée en 1949 par 12 pays, dont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et la France.

Un document, publié par Der Spiegel, souligne que des accords ont bel et bien été passés avec Moscou, dès 1991, pour ne pas élargir l’Alliance atlantique « au-delà de l’Elbe ».👇

OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine

Comme le révèle Der Spiegel, un document émanant des Archives nationales britanniques confirme la thèse avancée par Moscou de l’existence d’un engagement de Washington et des puissances occidentales à ne pas étendre l’Alliance atlantique vers l’Est.           https://t.co/85WvQmOfi2

Ce texte, longtemps classé secret-­défense, a été remonté des profondeurs des Archives par le chercheur états-unien Joshua Shifrinson, professeur à l’université de Boston. Il fait état du procès-verbal d’une réunion des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne, tenue à Bonn le 6 mars 1991. Le thème était « la sécurité en Europe centrale et orientale ».

Sans la moindre ambiguïté, les participants britanniques, états-uniens, français et allemands couchent sur le papier leur engagement à circonscrire l’Alliance atlantique au territoire de l’Allemagne unifiée, mais pas au-delà. Une telle expansion serait « inacceptable », est-il dit explicitement.

...25.2.2022
OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine
OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine
.... PAR JOSHUA R. ITZKOWITZ SHIFRINSON 30 MAI 2016 05:00 PT Moscou a renforcé son emprise sur la Crimée en avril, interdisant la législature tatare qui s'était opposée à l'annexion de la région par la Russie depuis 2014. Avec les provocations militaires russes contre les forces de l'OTAN dans et autour de la Baltique, cette décision semble valider les observations des analystes occidentaux qui soutiennent que sous Vladimir Poutine, une Russie de plus en plus agressive est déterminée à dominer ses voisins et à menacer l'Europe. Les dirigeants de Moscou, cependant, racontent une histoire différente. Pour eux, la Russie est la partie lésée. Ils affirment que les États-Unis n'ont pas tenu leur promesse que l'OTAN ne s'étendrait pas à l'Europe de l'Est, un accord conclu lors des négociations de 1990 entre l'Occident et l'Union soviétique sur l'unification allemande. De ce point de vue, la Russie est forcée d'empêcher la marche vers l'est de l'OTAN par légitime défense. L'Occident a vigoureusement protesté contre le fait qu'un tel accord n'ait jamais été conclu. Cependant, des centaines de mémos, de procès-verbaux de réunions et de transcriptions d'archives américaines indiquent le contraire. Bien que ce que les documents révèlent ne soit pas suffisant pour faire de Poutine un saint, cela suggère que le diagnostic de la prédation russe n'est pas tout à fait juste. La stabilité de l'Europe peut dépendre tout autant de la volonté de l'Occident de rassurer la Russie sur les limites de l'OTAN que de dissuader l'aventurisme de Moscou. Après la chute du mur de Berlin, l'ordre régional de l'Europe reposait sur la question de savoir si une Allemagne réunifiée serait alignée sur les États-Unis (et l'OTAN), l'Union soviétique (et le Pacte de Varsovie) ou ni l'un ni l'autre. Les responsables politiques de l'administration George HW Bush ont décidé au début de 1990 que l'OTAN devrait inclure la république allemande reconstituée. Début février 1990, les dirigeants américains ont fait une offre aux Soviétiques. Selon les transcriptions des réunions à Moscou le 9 février, le secrétaire d'État de l'époque, James Baker, a suggéré qu'en échange d'une coopération sur l'Allemagne, les États-Unis pourraient faire des "garanties à toute épreuve" que l'OTAN ne s'étendrait pas "d'un pouce vers l'est". Moins d'une semaine plus tard, le président soviétique Mikhaïl Gorbatchev a accepté d'entamer des pourparlers de réunification. Aucun accord formel n'a été conclu, mais de toutes les preuves, la contrepartie était claire : Gorbatchev adhère à l'alignement occidental de l'Allemagne et les États-Unis limiteront l'expansion de l'OTAN. Néanmoins, les grandes puissances se lient rarement les mains. Dans des mémorandums et des notes internes, les responsables politiques américains se sont vite rendu compte que l'exclusion de l'élargissement de l'OTAN n'était peut-être pas dans le meilleur intérêt des États-Unis. Fin février, Bush et ses conseillers avaient décidé de laisser la porte ouverte. Après avoir discuté de la question avec le chancelier ouest-allemand Helmut Kohl les 24 et 25 février, les États-Unis ont accordé à l'ancienne Allemagne de l'Est un "statut militaire spécial", limitant les forces de l'OTAN pouvant y être stationnées par respect pour l'Union soviétique. Au-delà de cela, cependant, parler de proscrire la portée de l'OTAN a été abandonné de la conversation diplomatique. En effet, en mars 1990, les responsables du Département d'État informaient Baker que l'OTAN pourrait aider à organiser l'Europe de l'Est dans l'orbite américaine ; en octobre, les décideurs politiques américains envisageaient de savoir si et quand (comme le dit une note du Conseil de sécurité nationale) « signaler aux nouvelles démocraties d'Europe de l'Est que l'OTAN est prête à envisager leur future adhésion ». Dans le même temps, cependant, il semble que les Américains essayaient toujours de convaincre les Russes que leurs préoccupations concernant l'OTAN seraient respectées. Baker a promis à Moscou le 18 mai 1990 que les États-Unis coopéreraient avec l'Union soviétique au « développement d'une nouvelle Europe ». Et en juin, selon les points de discussion préparés par le NSC, Bush disait aux dirigeants soviétiques que les États-Unis recherchaient « une nouvelle Europe inclusive ». Il n'est donc pas surprenant que la Russie ait été furieuse lorsque la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, les États baltes et d'autres ont été introduits dans l'OTAN à partir du milieu des années 1990. Boris Eltsine, Dmitri Medvedev et Gorbatchev lui-même ont protesté par des canaux publics et privés contre la violation par les dirigeants américains de l'accord de non-expansion. Alors que l'OTAN commençait à regarder encore plus à l'est, vers l'Ukraine et la Géorgie, les protestations se sont transformées en agression pure et simple et en coups de sabre. Le parapluie élargi de l'OTAN ne justifie pas le bellicisme de Poutine ou ses incursions en Ukraine ou en Géorgie. Pourtant, les preuves suggèrent que les protestations de la Russie ont du mérite et que la politique américaine a contribué aux tensions actuelles en Europe. Dans moins de deux mois, les chefs d'Etat occidentaux se réuniront à Varsovie pour un sommet de l'OTAN. Les discussions porteront sans aucun doute sur les efforts visant à contenir et à dissuader l'aventurisme russe, y compris l'augmentation des déploiements de l'OTAN en Europe de l'Est et l'approfondissement des liens de l'OTAN avec l'Ukraine et la Géorgie. De tels mouvements, cependant, ne feront que renforcer le récit russe de la duplicité américaine. Au lieu de cela, répondre à une source majeure d'inquiétudes russes en retirant de la table l'expansion future de l'OTAN pourrait contribuer à atténuer les hostilités russo-occidentales. Tout comme une promesse de ne pas élargir l'OTAN en 1990 a contribué à mettre fin à la guerre froide, une promesse aujourd'hui peut également aider à ressusciter les relations américano-russes. Joshua R. Itzkowitz Shifrinson est chercheur en sécurité internationale au Dartmouth College et professeur adjoint à la Bush School of Government de la Texas A&M University. Son article, « Deal or No Deal ? La fin de la guerre froide et l'offre américaine de limiter l'expansion de l'OTAN » a été publiée dans le numéro de printemps d'International Security.

C'est un mauvais garçon
Il a des façons
Pas très catholiques

On a peur de lui
Quand on le rencontre la nuit
C'est un méchant p'tit gars
Qui fait du dégas
Si tôt qu'y s'explique
Ça joue du poing                                                       
D'la tête et du chausson
Un mauvais garçon                      👇

............ Henry Garat & Danielle Darrieux - C'est un mauvais garçon - Valse musette chantée dans le film "Un mauvais garçon", 1936. Paroles: Jean Boyer. Musique Georges Van Parys.

Avec NordStream2 ,il y a de l'eau dans le gaz,entre les américains et les allemands .

Depuis 1990,apres la chute du mur de Berlin et la fin de l'URSS,une incompréhension s'est développée,des 2 côtés de l'Atlantique,

car ,d'un côté le " Pacte de Varsovie " a été démentelé

et de l'autre l'OTAN a perduré et s'est même étendu à l'Est 

la Russie ne veut surtout pas que l'Ukraine intégre l'Otan ,trop proche de sa frontière 

Depuis l'affaire de CRIMEE,rien ne va plus entre l'Est et l'Ouest 

Comme les Européens n'ont pas de véritable politique étrangère coordonnée,chacun négocie dans son coin et les américains menacent de sanctions la Russie ......

On ne connait que la " partie visible de l'iceberg " , mais déjà celà ,mérite réflexion 

Voici un des volets ,à actualiser,en fonction de l'évolution de la situation , au milieu de l'intox et de la désinformation ...

CLIQUER POUR AGRANDIR LA CARTE

CLIQUER POUR AGRANDIR LA CARTE

L'État de Kiev
Au IXe siècle, Kiev fut prise aux Khazars par le Vareg Oleg. Située sur des routes marchandes lucratives, Kiev réussit rapidement à devenir le centre du puissant État de la Rus' kiévienne. Au XIe siècle, la Russie kiévienne était géographiquement le plus grand État d'Europe.
En 988, sous le règne de Vladimir le Grand, un missionnaire chrétien, Cyrille, convertit l'aristocratie kiévienne (la plupart Varegs) et la plupart de la population. Sous le règne de Iaroslav le Sage, le prestique de l'État kiévien atteint son apogée : il s'étend de la Baltique à la Mer noire et du confluent de l'Oka avec la Volga jusqu'aux Carpathes. Iaroslav fut un grand bâtisseur, c'est lui qui fit construire la célèbre cathédrale Sainte-Sophie à Kiev, et un grand législateur. Le droit, l'éducation, l'architecture et l'art kiévien connaîtront un renouveau impressionnant sous son règne.
Mais au XIIe siècle, des conflits parmi les différentes principautés de la Rus' ont mené l'État kiévien au déclin. 

Les régions où se développa la nationalité ukrainienne à partir des xiiie-xive siècles ont fait partie de l'État de Kiev (ixe-xiie siècles) dont l'ensemble des territoires formait la « Rous », la « terre russe ».

Ces régions constituent après le démembrement de l'État de Kiev au xiie siècle les principautés de Kiev, de Galicie et de Volhynie sur la rive droite du Dniepr, celles de Pereïaslav, Tchernigov et Novgorod-Severski sur la rive gauche

Ce grand État en mal de visibilité s'étire de fait aux marges du monde russe, dont il a été le berceau, et à la jonction entre le monde orthodoxe et le monde catholique. 

Indépendant depuis 1991 seulement, il peine à trouver sa place entre un Occident attirant mais lointain et une Russie proche mais crainte.

La Video qui suit ( en ) retrace en 9 mn les dates clefs & les enjeux,du IX è siècle à nos jours  👇

OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine
Une vidéo plaisante et bien rythmee Par qui ? Pour les habitués de @LCI c'est l'analyse internationale d'Abnousse Shalmani l'iranienne pétillante née à Téhéran en 1977 et en France depuis 1985... @CNEWS a son canadien.... l'un comme l'autre connaissent la France et ses subtilités Pour ce soir c'est l'Ukraine au menu et Joe Biden qui depuis le départ d'Afghanistan, est complètement hors sol

15.2.2022_Pour ceux qui ont suivi le nouveau chancelier allemand Scholz des 2 côtés de l'Atlantique,le contraste est saisissant

Avec Biden va t'en guerre distributeur de sanctions voulant torpiller NordStream2 ,Scholz faisait la grimace 
 
Cette semaine à Moscou en conférence de presse, il est tout à fait zen, car le fameux Gazoduc représente 70 % de l'alimentation de l'Allemagne
 
Evidemment Poutine aime jouer aux '' petits soldats de plomb '' 
et on voit que la France a toutes les bonnes raisons de prendre ses distances de L'OTAN 
OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine
OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine
OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine
OTAN suspends ton vol ...l'Europe de l'Atlantique à l'Oural,en passant par l'Ukraine
...13.2.2022_Ukraine Russie : ce que Poutine veut vraiment
...7.5.2021...D’où viennent les tensions entre la Russie et l’Ukraine ?
.....8.12.2021..30 ans de la dissolution de l'URSS : Vladimir Fédorovski répond aux questions de Dimitri Pavlenko
Comment l’Occident a promis à l’URSS que l’OTAN ne s’étendrait pas à l’Est, par Roland Dumas, ex-ministre des affaires étrangères 👇
.......................... l'interview de Roland DUMAS concernant l'Europe d'après 1990 et les promesses occidentales non tenues... Ce qui ne veut pas dire que Poutine est innocent, mais les torts sont partagés
...15 decembre 2001_ Mikhail GORBATCHEV répond aux questions de Thierry ARDISSON. L'animateur commence par rappeler sa carrière politique, interrompu par une intervention de TITOFF qui demande en russe à Mikhaïl GORBATCHEV si il peut lui faire un baiser à "la russe", ce que l'homme politique accepte de bon cœur. GORBATCHEV parle ensuite du système communiste, modèle en lequel il croyait au départ. Au fil des ans, il souhaite un communisme à visage humain et une fois au pouvoir, il met en place la "perestroïka" et la "glasnost" en faisant la critique du stalinisme mais l'URSS va imploser et il va en perdre le contrôle en 1991. L'état d'urgence est déclaré, il démissionne et est remplacé par le vice-président IANAÏEV. Thierry ARDISSON lui demande comment il voit la Russie d'aujourd'hui. GORBATCHEV estime que la plupart des Russes ne souhaitent pas retrouver un régime communiste. Il le questionne ensuite sur ses revenus et ce qu'il a fait du million de dollars de son prix Nobel. L'ancien président répond que l'argent a été utilisé à des fins médicales, pour créer une fondation contre la leucémie.
CLIQUER POUR AGRANDIR LA CARTE

CLIQUER POUR AGRANDIR LA CARTE

...4.2.2022
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :