Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

Beaumarchais l'insolent

20 Février 2021 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Comme au CINEMA

 Luchini fait éclater toute l'insolence moderne de Beaumarchais.

 «Le barbier de Séville» et «Le mariage de Figaro», entre autres, sont comme le début de la mèche qui, 20 ans plus tard, alluma la bombe de 1789.

Certaines répliques du film, sont des citations de l'oeuvre ( reprises,ci-après )

Adaptées d'une pièce que Guitry n'a jamais pu monter, ces heures de la vie de Beaumarchais sont d'une grande richesse, à l'instar de la personnalité du dramaturge et de celle du comédien qui l'incarne, le vibrionnant Fabrice Luchini.

Malgré la profusion des moyens, c'est sans doute l'une des réalisations les plus personnelles de Molinaro, un prolongement de «Mon oncle Benjamin».

Car le cinéaste s'est plu tout au long de son œuvre à unir l'amour, l'humour et l'élégance.

Au XVIIIe siècle, à la fin du règne du roi Louis XV, puis dans la France prérévolutionnaire de Louis XVI. Le portrait du «voltigeur des Lumières», Pierre Caron de Beaumarchais, homme de plume pamphlétaire autant que d'action, et aussi diplomate que libertin.

....... le procès Goëzman ( Jean Yanne ) Pour se concilier le Parlement, Beaumarchais achète les faveurs de Goëzman, rapporteur de l’affaire, et commencent alors d’interminables démêlés avec la justice… Trois ans de débats, les scandales se succèdent : finalement Goëzman perd son poste, Beaumarchais est condamné. Sa vengeance sera dans son œuvre : Le Mariage de Figaro lui permet de dénoncer le fonctionnement de la justice, et tout particulièrement la corruption des juges.

 Sa conviction se résume en deux phrases énergiques :

« Ne pouvant avilir l’esprit, on se venge en le maltraitant »,

et « sans la liberté de blâmer, il n’y a pas d’éloge flatteur ».

En fait, le but de Beaumarchais n’est pas réellement subversif, il ne remet pas fondamentalement en cause l’organisation politique.

S’inscrivant dans l’héritage des philosophes des Lumières, il cherche plutôt à « éclairer », à rendre meilleur un pouvoir monarchique dont il a lui-même entrepris de gravir les échelons.

 souvent Beaumarchais fait de son personnage un porte-parole direct, par exemple contre les courtisans, métier que Figaro définit ainsi : « Recevoir, prendre et demander, voilà la secret en trois mots. » 

Cependant, Beaumarchais ose s’en prendre à la valeur de la naissance, quand Figaro lance :

 « Si le Ciel l’eût voulu, je serais le fils d’un prince », idée reprise dans le vaudeville final. Le début du monologue la renforce en séparant la valeur d’un homme de sa naissance : « Noblesse, fortune, un rang, des places, qu’avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. Du reste, homme assez ordinaire. »

Beaumarchais a doté son héros de bien des points communs avec lui, à commencer par ses combats contre l’adversité, par rapport au pouvoir, dans ses luttes contre la censure ou avec la justice.

 

Pensons au long procès Goëzman ou pour faire jouer Le Mariage.

Mais comme Figaro, Beaumarchais n’a jamais renoncé, stimulé par l’adversité.

Comme lui aussi, l’auteur pourrait affirmer « L’esprit seul peut tout changer », et tire son talent de sa maîtrise du langage, de sa virtuosité dans la construction des « intrigues » en multipliant les péripéties.

...........Homme d'affaires, machiavélique et pas toujours scrupuleux, politicien d'avant garde mais jamais désintéressé, homme d'action courageux prêt à se servir aussi bien du verbe que de l'épée, amant infatigable et père débordant de tendresse, procédurier systématique mais défenseur acharné des Droits de l'Homme, inventeur de génie, c'est à travers cet homme exceptionnel que l'on va découvrir un XVIIIe siècle explosif
 Beaumarchais l'insolent
.......Beaumarchais ( à côté de Sartine , JF Balmer ) défend la cause des patriots américains devant le roi Louis XVI ( D.Besnehard ) c’est surtout la guerre d’indépendance américaine qui lui offre l’occasion de se distinguer : il soutient auprès du roi le parti des insurgés, et apporte sa contribution aux indépendantistes en parvenant à leur fournir des armes.
.......Beaumarchais avec le prince de Conti ( Piccoli) devant le roi Louis XV ( Serrault )
...............Michel Piccoli ( prince de Conti ) dit à Beaumarchais " Figaro ne demande qu'à revenir " ; devant son hésitation il lui dit : "si le frère du roi vous le demande, il ne vous reste plus qu'à relever le défi "
...........Jean PIAT, Jacques FRANÇOIS, Jacques BALUTIN, Bernard HALLER, Pierre MEYRAND, Jean DANET, Philippe CLAY et Francis HUSTER interprètent "Beaumarchais" de Sacha GUITRY. Extrait de la 13ème cérémonie des Molières en 1999 au Théâtre des Champs-Élysées.
..................Erik Orsenna vous présente son ouvrage "Beaumarchais : un aventurier de la liberté" aux éditions Stock ( 2019 )
 Beaumarchais l'insolent

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :