Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

MIVILUDES et Dérives sectaires en 2021 avec Covid

2 Avril 2021 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Dans L'AIR DU TEMPS, #JURIDIQUE , Fiscal & Partenariats

Les dérives sectaires sont des manipulations mentales en pleine expansion grâce à Internet et à tous les nouveaux moyens de communication.

Ces mouvements sont de plus en plus difficiles à repérer car ce sont souvent des "pseudo thérapeutes isolés"

j'ai trouvé très peu de videos récentes et n'ai pas intégré les critiques des traditionnels grincheux ( et grincheuses ) dont je tairai le nom par courtoisie 

Comme dans ce domaine,comme dans d'autres il faut éviter " la main qui tremble " face au laxisme ou l'angélisme de certains ,

le rattachement au Ministère de l'Intérieur et le renforcement des moyens sont une bonne nouvelle car Miviludes attendait sa nouvelle présidente dont on découvre le visage un peu plus loin 

 

on trouvera ,ci-après, le communiqué de presse du 24/2/2021 

et 1 Pdf se synthèse du mouvement sectaire 

                                                         https://t.co/4KmZSh4MNu?amp=1

Les dérives sectaires progressent en France, favorisées par la crise du Covid

Gourous et mouvements apocalyptiques profitent de l'angoisse ambiante, particulièrement à la campagne.

Experts, gendarmes et policiers spécialisés livrent ce jeudi un rapport décapant à Marlène Schiappa

«L'essentiel des inquiétudes exprimées porte sur des propositions en matière de santé: conseils pour se prémunir de l'infection et pseudo-remèdes souvent en lien avec des théories complotistes», prévient le rapport avant que préciser que

«dans le domaine religieux, le regain d'activité des courants apocalyptiques, qui voient dans la pandémie un signe et une confirmation de l'imminence de la fin des temps, est notable ». 

 «La crise sanitaire sans précédent, suivie de très graves conséquences économiques, ouvre la voie à une crise existentielle et peut conduire certaines personnes à se rapprocher de groupes sectaires qui donnent l'impression d'offrir du sens aux événements, en véhiculant de fausses informations afin de proposer une interprétation erronée de la réalité et d'asseoir ainsi leur légitimité et leur pouvoir.»

«banalisation des pratiques d'exorcisme qui peuvent être pour certaines extrêmement traumatisantes et dangereuse».

 « Les départements ruraux sont particulièrement touchés par le phénomène sectaire en raison,

   - d'une part, de la désertification médicale

   -  et d'autre part, de la plus grande facilité à créer des communautés en marge de la société,              dans un projet de “retour à la terre”. » 

 

 

La Miviludes

observe et analyse le phénomène sectaire, coordonne l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives sectaires, et informe le public sur les risques et les dangers auxquels il est exposé.

Que dit la loi ?

Respectueux de toutes les croyances et fidèle au principe de laïcité, le législateur s’est toujours refusé à définir les notions de secte et de religion, afin de ne pas heurter les libertés de conscience, d'opinion ou de religion garanties par les textes fondamentaux de notre République.

Pour autant, tout n'est pas permis au nom de la liberté de conscience ou de la liberté de religion. En effet, l'absence de définition de la secte n'efface pas la réalité de l'existence de victimes de dérives de certains mouvements sectaires. La loi fixe donc des bornes qui sanctionnent les abus de ces libertés, sous le contrôle du juge.

Ainsi, le dispositif juridique français est à la fois pragmatique et textuellement encadré : il vise à la prévention et à la répression, non des sectes en elles-mêmes, mais des dérives sectaires.

Cette notion de dérives sectaires s'est progressivement affinée par référence à des dispositions législatives et réglementaires, et sur la base de jurisprudences établies tant dans la sphère du droit privé que du droit administratif. 

La dérive sectaire:


Il s'agit d'un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l'ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes.

Elle se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre, avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société.

Dès le 1er mars prochain, la Miviludes, désormais rattachée au ministère de l'Intérieur et à tous ses services d'investigations, va monter en puissance via l'installation d'un conseil d'orientation (composé d'experts, de parlementaires et d'associations)

et la nomination à sa tête d'une magistrate, Hanène Romdhane  qui travaillait jusqu'alors auprès du contrôleur général des lieux de privation de liberté et qui dispose déjà d'une fine connaissance de la matière.

EXISTE-T-IL UNE DÉFINITION DE LA SECTE ? NON.

Respectueux de toutes les croyances et fidèle aux principes de laïcité, de liberté de conscience et de liberté de religion, le législateur s’est toujours refusé à définir la notion de secte.

Pour la même raison, il n’existe pas en droit français de définition de la religion.

Ce sont des notions qui renvoient à la vie privée de chacun, par définition exclue du champ d’intervention de la puissance publique sous réserve de l’absence de trouble à l’ordre public et du respect des lois et des règlements.

L’approche du système juridique français peut être résumée par référence à l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen de 1789 qui dispose que

"Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même religieuses pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi".

Dès lors, le système juridique français ne s’intéresse pas aux sectes, aux croyances, aux doctrines ou aux modes de pensées en tant que tels.

Il s’intéresse aux dérives sectaires c’est-à-dire pratiques, aux méthodes, aux actes et aux comportements, émanant de tout groupe ou tout individu, quelle que soit sa nature ou son activité,

   - qui portent atteinte à l’ordre public, aux lois et aux règlements,

   - aux libertés fondamentales et à la sécurité ou à l’intégrité des personnes

   - par la mise en œuvre de techniques de sujétion, de pressions ou de menaces,

   - ou par des pratiques favorisant l’emprise mentale et privant les personnes d’une partie de          leur libre arbitre.

«Santé, bien-être, mouvements religieux ou apocalyptiques… La crise sanitaire a eu un impact sur les dérives sectaires, des personnes mal intentionnées profitent du moment de flou et de peur dans lequel nous sommes pour manipuler et tirer avantage de personnes vulnérables,

confie au Figaro Marlène Schiappa. 

Mais je tiens à alerter le grand public: cela peut tomber sur n'importe qui, vous, moi…

Nous prenons la lutte contre les dérives sectaires à bras-le-corps avec des moyens concrets, inédits et forts pour protéger les gens. C'est le cœur de mon action.»

Dans les prochains jours, Marlène Schiappa va en outre adresser une circulaire pour inciter les préfets et les services répressifs à faire des «signalements aux autorités judiciaires» et «mettre en œuvre des dissolutions administratives».

Cela faisait trois ans qu'aucune instruction de la sorte n'avait été adressée.

..........reportage de TV5 Monde du 10 octobre 2020 en BELGIQUE avec interview de Georges FENECH à la 18 é minute ( ancien président de MIVILUDES ) evoquant sa collaboration avec les belges et les RETICENCES DE CERTAINS JUGES vis à vis de la liberté de conscience

Les thérapies deviennent sectaires lorsqu’elles ont pour but de faire adhérer un patient à une nouvelle croyance, à un nouveau mode de pensée, générant une acceptation de traitement, non admis par la communauté scientifique et appliqués par des personnes non habilités :

c’est le cas des "méthodes miracles". Ceux qui tenteraient alors de se mettre en travers "freinent la guérison".

En découle une rupture des relations du patient avec ses proches et avec le milieu de soins habituel.👇

MIVILUDES et  Dérives sectaires en 2021 avec Covid

Les gens qui adhèrent à des théories du complot risquent-ils de se retrouver embrigadés dans des sectes ? 

Selon un sondage CROP réalisé en octobre, 1 Québécois sur 5 appuierait plus ou moins des thèses prônées par le mouvement QAnon ou d’autres groupes qui prétendent que la pandémie n’est qu’une gigantesque machination.

De telles croyances peuvent conduire certaines personnes à se rapprocher de groupes susceptibles d’exercer une emprise sur leur vie, par exemple en les incitant à adopter des comportements dangereux ou à payer le gros prix pour des cures miracles, des stages ou des livres.

En France, où les dérives sectaires sont surveillées de près, l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (UNADFI) a récemment attiré l’attention sur quelques influenceurs de la francophonie dont les pratiques sur YouTube s’apparentent à celles de gourous, comme Jean-Jacques Crèvecœur, conspirationniste belge établi au Québec, Thierry Casasnovas, vidéaste français crudivore, et Christian Tal Schaller, médecin suisse adepte du chamanisme.

Chacun compte plusieurs centaines de milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux. 

Avec la pandémie, le risque est plus grand que les groupes virtuels qui se forment autour des gourous prennent une place démesurée dans la vie de certains.

...............Lutte contre les dérives sectaires : état des lieux en 2018 reportage rapide avec interview de juristes dont Georges Fenech à la fin ( Pdt Miviludes à l'époque )
MIVILUDES et  Dérives sectaires en 2021 avec Covid
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :