Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

365 jours....ou 50 nuances de Confinement ?

9 Décembre 2020 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Comme au CINEMA, #Dans L'AIR DU TEMPS

Ce film polonais , assez esthétique , illustrant une forme de Confinement plutôt intense,mais sans vulgarité, dans une Italie lumineuse,nous changeant de la grisaille actuelle, arrive comme par hasard en 2020.

La Musique accompagne bien  l'intrigue,

qui nous laisse un peu sur notre faim...à la fin .

Y aura t'il une suite

de ce film sans nuances....

comme pour les 50 du même nom ( 2015 - 2018 ) ?

 

En dehors du début dont les sous titres sont inutiles,puisqu'ensuite ils sont doublés,on ne s'ennuie pas, sans voyeurisme,le luxe

  dans les magasins,comme dans Pretty Woman

aidant à oublier les " petites misères" du quotidien

ou le pourquoi elle en est arrivée là 

 

365 Jours purge notre angoisse de l'enfermement forcé et notre envie de s'échapper en Italie pour lécher des gelati avec passion.

 flatte notre appétit d'interdits et nous plonge dans le bon vieux temps où l'on pouvait s'embrasser sans test dans le nez. 

 

365 Jours serait donc une version post-confinement des comédies romantiques à succès

extrait de la MUSIQUE du FILM

Serait-ce un Conte de fées moderne,pour jeune femme émancipée ?

A partir du moment où on laisse ses principes au vestiaire,tout comme le reste...vu la légèreté des tenues,

il suffit de prendre Netflix pour ce qu'il est : un divertissement , sans chercher de morale à cette histoire " Amorale " et pas une apologie du viol ,même s'il la menace au début , sans franchir la ligne jaune ... ( sans pénétration, pour les juristes ) 

 

On peut admettre que Thierry Ardisson etait un précurseur

par son questionnement 

Blanka Lipinska, qui a écrit les livres dont s'inspire le film, affirme quant à elle n'avoir «aucun regret» concernant son histoire.

«Tous les gens qui analysent le film pour faire des théories sur le syndrome de Stockholm oublient qu'il y a des histoires similaires dans la culture populaire depuis des années», s'est-elle défendue, citant «La Belle et la Bête».

Elle conclut en soulignant que ses livres sont réservés aux «adultes» non aux «enfants ou les gens qui croient tout ce qu'ils voient sur le grand écran».

L'acteur italien de 29 ans déclare «comprendre la controverse» et se dit «heureux» que le film ouvre le débat.

«Je crois qu'il faut être prudent à ne pas limiter la création artistique alors je ne pense pas qu'il faille interdire un film comme celui-ci d'exister

sinon que ferait-on des films de guerre, ceux où il y a des crimes, des meurtres, et les films populaires sur les mafieux?», a-t-il ajouté,

affirmant que «365 jours» ne «minimise pas la réalité des violences sexuelles dans le monde».

«Je ne veux pas que les gens pensent que cette attitude (celle de son personnage) est bien.

Elle ne l'est pas.

Je trouve que c'est une bonne chose que le film pousse les gens à parler de ce type de sujets pour sensibiliser la société», a-t-il complété.

cliquer pour agrandir le texte

cliquer pour agrandir le texte

cliquer pour agrandir le texte

cliquer pour agrandir le texte

Dans ce Film " décomplexé " , les Dialogues sont parfois crus , comme lorsque sa soeur lui demande comment est son nouveau copain ,qu'elle décrit athlétique , pas 1 gramme de graisse et son corps a été modelé par Dieu

et sa soeur ajoute : " et sa queue par le Diable " ?

Ou à l'entrée d'une discothèque,voulant passer devant tout le monde  et qu'une jeune femme lui lance :

" faites la Queue,comme tout le monde

 qu'elle réplique : " occupe toi de celle de ton mec

 

Evidemment,il y a des passages où ils sont

+ occupés à ne rien dire ...car ils sont bien élevés

et " qu'on ne parle pas la bouche pleine " 

Ce film est un peu comme le Kamasutra,revisité en 2020

et cette Video ( ci-dessous )  montre les coulisses du Tournage,

pour ceux qui n'auraient

pas bien compris les Mouvements...

                                            de la Caméra 

ou ce drone

filmant le bateau 

Le secret pour Bartek Cierlica, c'est de se rendre le plus invisible possible au moment où les deux acteurs entrent en scène :

 "Nous voulions que la caméra soit aussi invisible que possible, pour les laisser faire le travail, donc en effet les prises étaient très, très longues. Nous avons créé l'atmosphère la plus intime possible pour les acteurs.

Nous avons fait en sorte de réduire le personnel au maximum sur le bateau".

Ce qui comptait vraiment pour la réalisatrice et lui-même, c'est que le sexe paraisse authentique : 

"Nous voulions que le spectateur entende leurs chuchotements, leurs respirations et nous voulions montrer la sueur, la passion.

On voulait un résultat naturel, authentique, mais sans franchir la frontière de la pornographie". Et c'est un pari réussi !

Bartek Cierlica et la réalisatrice voulaient rester fidèles aux livres, en intégrant des scènes sensuelles et chaudes, sans que ça paraisse vulgaire ou démesuré. À l'instar de 50 shades of grey, l

 

Michele Morrone s'est confié sur son expérience sur ce film.

Son rôle de Massimo, sa relation avec Anna-Maria Sieklucka (Laura), le tournage d'une suite, les critiques, les scènes de couple...

L'acteur dit tout au micro de Purebreak ( ci-dessous )

 

Les coulisses du film sont reprises en 3 parties,

certaines Videos devant être visionées sur Youtube

( cliquer et changer de fenêtre : P3  )

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :