Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

50 nuances de Laicité en 2020

7 Octobre 2020 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Dans L'AIR DU TEMPS, #JURIDIQUE , Fiscal & Partenariats

le but de cet article n'est pas de commenter les événements récents,mais de prendre du recul sur l'évolution de l'interprétation de la Laicité en France

la LOI de 1905 eut du mal à se mettre en oeuvre et ce n'est qu'à la fin du XXè siècle que certains essayèrent de la détourner et surtout au XXI é siécle et même certains organismes devant pourtant la protéger .

En 2002, le rapport de Régis Debray expliquait déjà les risques, pressions et dangers qui menaçaient l’école publique, les valeurs républicaines et la société du vivre ensemble, qui semble devenir celle du côte à côte et du face à face.

La gauche complaisante nous amena jusqu'à la situation actuelle et Jean Louis BIANCO ayant trop longtemps sévi à l'Obervatoire de la Laicité devra rendre des comptes 

récemment j'avais évoqué Manuel Valls ressorti du bois rappelant C2 gauches inconciliables

la laïcité est un vaste sujet 

depuis 1905 le contexte a changé et c'est normal au fil du temps la pratique est plus évolué mais pas jusqu'à détourner les textes pour faire des compromissions avec ceux qui de manière rampante testent nos résistances et la faiblesse de la démocratie

cela fait des années que certains on relevé l'ambiguïté de Jean-Louis bianco un observatoire de la laïcité dans le but était tout de même de la protéger au lieu de composer

il a bien fallu ce drame du prof pour que Macron enfin sy attaque

comme ça a été rappelé ce soir par Zemmour sur cnews ça avait commencé avec Tariq Ramadan très intelligent et dangereux qui invoquait la liberté religieuse pour s'infiltrer dans la faille des bisounours qui nous emmené dans le mur

tout ceux qui ont essayé d'attirer l'attention sur les dérives le ciel leur est tombé sur la tête et maintenant on se demande comment on en est arrivé là

la laïcité n'est pas une religion supplémentaire et beaucoup d'articles bien construits ont su recadrer le débat
mais les plus concernés ne liront  jamais ces explications

j'ai rassemblé plusieurs articles de mon blog justement pour ne pas aborder le sujet à chaud et bien montrer que la question éludee par certains remonte à un bon moment
CLIQUER LA VIDEO CI DESSOUS POUR L AGRANDIR

Loi de 1905

Dans le titre V, sous l’intitulé « Police des cultes », il est notamment précisé que « les réunions pour la célébration d’un culte… restent placées sous la surveillance des autorités dans l’intérêt de l’ordre public » et que « si un discours prononcé ou un écrit affiché ou distribué publiquement dans les lieux où s’exerce le culte, contient une provocation directe à résister à l’exécution des lois ou aux actes légaux de l’autorité publique, ou s’il tend à soulever ou à armer une partie des citoyens contre les autres, le ministre du culte qui s’en sera rendu coupable sera puni d’un emprisonnement de trois mois à deux ans, sans préjudice des peines de la complicité, dans le cas où la provocation aurait été suivie d’une sédition, révolte ou guerre civile ».

Toute son histoire prouve que la laïcité n’est pas un autre culte.

Qu’elle n’est pas une excuse à l’ignorance.

Qu’elle impose le respect des croyants et des non croyants.

Qu’elle n’est pas l’ennemie de la foi ou de la spiritualité.

Un peu partout dans le monde, les enseignants sont victimes de mises en cause physiques ou morales.

Il est toujours très difficile de parler de Darwin et des théories de l’évolution aux États-Unis. Il est presque impossible de sortir d’une école coranique dans de nombreuses régions du Pakistan. Et on assassine les enseignants ou les élèves, notamment les jeunes filles, qui osent enseigner ou venir à l’école en Afghanistan.

Au Nigeria ou au nord Cameroun, l’organisation Boko Haram, qui s’appelle en réalité Book Haram (les livres sont impurs), se donne pour mission fondatrice de lutter contre l’école publique sécularisée.

En fait, le combat laïque n’a jamais été aisé. Celles et ceux qui revivent aujourd’hui la lente transition française vers la liberté de conscience en ont hélas une faible mémoire historique.

La Révolution française imposera la première rupture avec l’Église catholique, en inscrivant dans la Déclaration des droits de l’Homme du 26 août 1789 : « Nul homme ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses […] ». On notera le « même » arraché de haute lutte tant la rancœur contre le haut clergé était forte.

Bonaparte devenu Napoléon rétablira le dialogue avec l’Église de Rome en signant un Concordat en 1801 avec le pape.

L’Église catholique n’est plus que l’« Église de la grande majorité des Français ».

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :