Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

USA : 2020 Presidential Election

1 Novembre 2020 , Rédigé par Ipsus Publié dans #AMERIQUE Nord & Sud

6.11.2020 : USA finissent la semaine sans résultat officiel ; le comptage des bulletins continue , avec Trump agitant déjà les recours judiciaires .

Il ne manque plus que 2 délégués pour passer les 270 requis, mais les Media restent prudents,tout comme Biden 

Par ailleurs Trump sera encore à la Maison Blanche jusqu'à la fin de l'année, en attendant l'éventuelle passation des pouvoirs début janvier 2021 

Aussi entre les débordements et les Recours ,la Démocratie américaine restera à l'épreuve

Rdv le 8 Decembre avec le vote des Délégués ? En attendant,Donald est toujours là.

 

https://t.co/rCIe9zb0OE?amp=1     

  Donald Trump est bien décidé à mener une bataille sur le plan juridique pour ravir la victoire à Joe Biden. Le président sortant veut faire suspendre le dépouillement ou recompter les bulletins dans trois États clés aux résultats serrés : Pennsylvanie, Michigan et Wisconsin.

Mais ces recours ne pourraient constituer que des écrans, les républicains disposant d’une carte qu’ils pourraient jouer d’ici au 8 décembre.

USA : 2020 Presidential Election
USA : 2020 Presidential Election
USA : 2020 Presidential Election
USA : 2020 Presidential Election
USA : 2020 Presidential Election

Entre le décalage horaire avec la France, les différents fuseaux horaires américains et la donnée du vote par anticipation, il n'est pas du tout sûr que nous ayons dès mercredi matin, au lendemain du vote, un résultat clair.

Les fermetures des bureaux de vote aux Etats-Unis vont s'étaler, d'Est en Ouest et de fuseaux horaires en fuseaux horaires, entre 1h et 7h du matin, heures françaises.

Epictete il y a 2.000 ans disait 

"Ce qui trouble les gens ce ne sont pas les choses

mais l'idée qu'on s'en fait "

Donc preparons nous a novembre 2020 pour être moins surpris du résultat et surtout comment la Constitution americaine va être appliquée 

Quoi qu'il arrive les USA seront dirigés.... mais a quel prix ? 

Je n'aborderai pas ici les Fake news qui font déjà l'objet d'une abondante littérature... ni des comploteurs en embuscade

On essayera de s'appuyer

sur des faits

des Rapports serieux 

des chiffres recoupés

laissant aux experts auto proclamés leurs conclusions peremptoires d'autant que le rêve américain n'est plus ce qu'il etait 

America great again etait un beau slogan qui a du plomb dans l'aile 

Comme la vérité ne sort pas que de Fox news..... a chacun non pas de choisir son camp mais de prendre le recul necessaire avec quelques outils et 1 bonne paire de lunettes 

Pour suivre les élections aux États-Unis il faut une bonne connaissance du terrain que je n'ai pas 

Aussi me suis je efforcé de trouver des observateurs pour decoder l'amerique profonde et surtout une nouvelle grille de lecture car ça va être sportif en Novembre. 

Pourquoi ? 

Parce que ce n'est pas seulement 1 match de boxe entre 2 septuagenaires......... mais toute une machine de guerre en mouvement avec des règles du jeu non respectées par certains...... un Président sortant ayant déjà annoncé la couleur contestant le vote par procuration et tout ce qui pourrait le desservir

 

Dans un contexte déjà exacerbé par les mouvements anti racistes et Trump qui veut faire régner l'ordre en montrant ses muscles... la dernière ligne droite ne sera pas apaisée et les RÉSULTATS contestés chaque fois que Trump sera en ballotage ou même placé second  

On se souvient de la Floride sous Busch 

Ce n'etait que le hors d'oeuvre  

En 2020 ce ne seront pas seulement les SWING STATES qui seront sensibles mais 50 Etats chauffés a blanc par Trump et surtout son fan club 

Même les analystes pessimistes ne vont pas jusqu'a craindre 1 guerre civile mais vu le nombre d'armes par habitant les mauvais joueurs risquent de deraper même ponctuellement 

Le pire n'etant jamais sûr on va donc observer USA de loin avec l'aide de clignotants et de points de repères non exhaustifs

Qu'on apprécie ou pas Trump n'est pas le problème 

Quoi qu'il arrive mieux vaut se preparer a 2021 puisque le President elu en Novembre entre en fonction le 1er janvier 

Donald Trump souffle encore le chaud et le froid 

(31.7.2020)) 

Cliquer sur la photo ci-dessous pour lire l'article

30.7.2020

Avec le vote universel par correspondance (et non le vote par correspondance, ce qui est bien), 2020 sera l'élection la plus INEXACTE et FRAUDULEUSE de l'histoire.

Ce sera un grand embarras pour les États-Unis.

Retardez les élections jusqu'à ce que les gens puissent voter correctement, en toute sécurité et en toute sécurité 

28.7.2020

29.7.2020

M'interessant plutôt a l'Economie j'etais plus rassuré hier soir en ecoutant POWELL President de la FED Federal Reserve Bank

répondant sereinement aux questions a distance vu le contexte

car de par son statut il est independant comme la BCE

mais si en Europe on respecte les institutions Powell eut plusieurs fois a tenir tête a Trump critiquant sa politique monetaire 

Or l'Economie americaine impacte des 2 côtés de l'Atlantique comme on le vit en 2008 

Le nouveau President élu attenuera ou pas la guerre commerciale initiée par Trump donc on a 1 chance sur 2 de subir les chantages aux droits de Douane en plein plan de Relance européen


La démocratie meurt dans les ténèbres

L'organisation non partisane MapLight a publié mercredi un rapport extrêmement important sur la sécurisation des élections libres et équitables en novembre.
Le rapport examine une série de facteurs qui pourraient avoir un impact sur l'élection, tels que la pandémie, les tentatives de discréditer le vote par correspondance, le refus des candidats de reconnaître les résultats de l'élection et un système de vote submergé par le volume de courrier. dans les bulletins de vote.
Il examine également certaines questions moins discutées, notamment la possibilité que le collège électoral n'atteigne pas la majorité. Et il est clair que l'une des menaces les plus importantes est l'impatience du public à obtenir le décompte final des votes:

Le risque de confusion dû aux heures supplémentaires est encore exacerbé par le président Trump, qui a déjà semé le doute sur le décompte des bulletins de vote après le jour du scrutin en Floride en 2018.
Alors que les résultats des élections devenaient moins favorables pour les candidats républicains au poste de sénateur et gouverneur américain, il a tweeté , «Les élections en Floride devraient être déclenchées en faveur de Rick Scott et Ron DeSantis dans la mesure où un grand nombre de nouveaux bulletins de vote sont apparus de nulle part, et de nombreux bulletins de vote sont manquants ou falsifiés.
Un décompte honnête des votes n'est plus possible - les bulletins de vote sont massivement infectés.
! " Plus récemment, le président a attaqué la légitimité du vote par correspondance, en tweetant:
«À cause des BULLETINS MAIL-IN, 2020 sera l'élection la plus RIGGED de l'histoire de notre pays - à moins que cette stupidité ne prenne fin.

Nous avons voté pendant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale sans problème

Un nouveau rapport montre que l'élection de 2020 est en péril. Le Congrès doit agir.

L'organisation non partisane MapLight a publié mercredi un rapport extrêmement important sur la sécurisation des élections libres et équitables en novembre. Le rapport examine une série de facteurs qui pourraient avoir un impact sur l'élection, tels que la pandémie, les tentatives de discréditer le vote par correspondance, le refus des candidats de reconnaître les résultats de l'élection et un système de vote submergé par le volume de courrier. dans les bulletins de vote. Il examine également certaines questions moins discutées, notamment la possibilité que le collège électoral n'atteigne pas la majorité. Et il est clair que l'une des menaces les plus importantes est l'impatience du public à obtenir le décompte final des votes

Le risque de confusion dû aux heures supplémentaires est encore exacerbé par le président Trump, qui a déjà semé le doute sur le décompte des bulletins de vote après le jour du scrutin en Floride en 2018. Alors que les résultats des élections devenaient moins favorables pour les candidats républicains au poste de sénateur et gouverneur américain, il a tweeté , «Les élections en Floride devraient être déclenchées en faveur de Rick Scott et Ron DeSantis dans la mesure où un grand nombre de nouveaux bulletins de vote sont apparus de nulle part, et de nombreux bulletins de vote sont manquants ou falsifiés. Un décompte honnête des votes n'est plus possible - les bulletins de vote sont massivement infectés.

 Plus récemment, le président a attaqué la légitimité du vote par correspondance, en tweetant: «À cause des BULLETINS MAIL-IN, 2020 sera l'élection la plus RIGGED de l'histoire de notre pays - à moins que cette stupidité ne prenne fin. Nous avons voté pendant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale sans problème

 

Daniel G. Newman, président et co-fondateur de MapLight, m'a dit: «Nous jouons avec le feu en tant que nation en échouant à combler les lacunes et les ambiguïtés dans nos règles électorales qui pourraient conduire à une crise dans laquelle les deux partis revendiquent la victoire en l’élection présidentielle. » Il a ajouté: «Au lieu d'attendre le désastre, le Congrès devrait agir maintenant pour protéger l'intégrité à long terme de nos élections en décrivant clairement comment résoudre les différends concernant l'élection présidentielle. Une démocratie qui fonctionne dépend de l’adoption de règles électorales claires et non ambiguës. » Le délai pour créer un système fiable est court, il exhorte donc le Sénat à «adopter immédiatement la loi HEROES afin de fournir aux États suffisamment de ressources pour mener correctement le vote par correspondance afin de répondre au COVID-19».

28.7.2020

9.7.2020 : En promettant 700 milliards de dollars pour relancer l’économie américaine, Joe Biden a présenté jeudi un ambitieux plan de relance de la production américaine après la crise du coronavirus, qui défie le programme économique de Donald Trump, son adversaire à la présidentielle du 3 novembre

Son plan, baptisé « Reconstruire mieux » (Build Back Better),

est « audacieux, pratique et concentré sur la construction d’une économie du futur » qui sera « faite en Amérique, entièrement en Amérique »,

a-t-il affirmé après la visite d’une usine à Dunmore, petite ville de Pennsylvanie d’où est originaire son père

« Les Chinois dépensent des milliards de dollars pour tenter de s’approprier la technologie du futur, nous restons là les bras croisés », a-t-il affirmé.

Pour financer son projet et « ne pas encourager » les entreprises à délocaliser, il a notamment annoncé le doublement de la taxe sur les bénéfices des sociétés à l’étranger.

« Un tiers » du plan d’aide financière massif adopté par le Congrès au printemps « est allé aux grandes entreprises, ce sont les grandes gagnantes », a affirmé le démocrate.

« Il est temps de renverser les priorités et d’aider les petites entreprises », notamment détenues par les minorités.

La solution aux inégalités raciales « n’est pas juste une question de réforme policière », a-t-il dit en écho au mouvement de colère national contre les violences policières.

« Nous devons avoir un programme pour refermer le fossé de la richesse »

 BIDEN semble décidé à prendre Donald Trump sur son propre terrain.

Au « Keep America Great » (gardez la grandeur de l'Amérique),

Biden répond par « Buy American » (achetez américain).

Jusqu'ici, Joe Biden n'a pas eu beaucoup d'efforts à faire pour distancer Donald Trump dans les sondages .

La gestion de la crise du président américain lui a permis de prendre une confortable avance.

Mais le candidat démocrate va devoir s'exposer davantage

Premier test pour lui : un plan de relance de l'économie de 700 milliards de dollars

le film Le discours du roi, est sorti en 2010.

Après l’abdication de son frère aîné Édouard VIII, le prince Albert monte sur le trône sous le nom de George VI.

Le nouveau roi vit avec un grave problème de bégaiement.

Le film nous raconte les efforts déployés pour surmonter ses troubles d’élocution et livrer une allocution à des millions d’auditeurs au moment du déclenchement de la Deuxième Guerre.

 

Pourquoi rappeler cette histoire aujourd’hui?

Parce qu’il semble que Joe Biden ait été profondément ému par ce récit.

Cette confidence de Jill Biden, l’épouse du candidat démocrate, est une des nombreuses révélations tirées d’une entrevue accordée par l’ancien vice-président

 à un journaliste de The Atlantic.( ci-dessous) 

http://exprimeo.fr

Dans les 2 analyses qui suivent,on retrouve la pertinence d'Exprimeo , de l'époque où ils suivaient la Campagne d'Obama 

Joe Biden organise sa campagne 2020 comme les ... Républicains avaient organisé leur campagne 1980.

En 1980, il fallait structurer la campagne sur la personnalité même de Carter.

En 2020, Biden structure sa campagne sur la personnalité de ... Trump.

L’un des plus grands stratèges électoraux américains, Richard Wirthlin, alors Conseiller de Ronald Reagan, a résumé en une formule les campagnes plébiscitaires « si nous réussissions à faire de la campagne de 1980 un référendum sur les résultats obtenus par Jimmy Carter, l’élection était acquise ».

Son homologue dans le camp démocrate, Patrick Caddell, a résumé leur enjeu de la façon suivante « sachant ce que le peuple pensait du président, nous nous devions axer notre campagne sur le futur ,car sur le passé nous étions convaincus d’être battus à plate couture ».

Le scrutin a tourné sur la Présidence Carter et R. Reagan a réalisé l’un des plus beaux scores de toute l’histoire électorale des USA.

Depuis 1980, rien n’a changé ou plutôt tout s’est amplifié : 


1) Premier élément, les campagnes sont devenues des campagnes plébiscitaires.

C’est un référendum sur une ou deux questions qui font l’opinion publique à un moment donné. Tout l’enjeu réside dans la capacité à influer sur l’émergence desdites questions. Cette « bataille culturelle » conditionne le choix du terrain de la bataille électorale.

2) Second élément, la réalité politique a de plus en plus imposé le bilan du président sortant comme l’un des enjeux majeurs

si ce n’est en permanence l’enjeu principal du « référendum sans nom ».

La société est tellement atomisée qu’il est impossible de concevoir une campagne portant sur des réponses précises cas par cas.

Dés lors la question est simple : comment engager une conquête si l’image nationale donnée par le parti du Président sortant est peu attirante ?

Se détacher de façon ostentatoire de cette image ne peut que faire naître de nouvelles divisions internes aggravant la situation.

Depuis 1980, aucun candidat n’est arrivé à résoudre cette équation.

C’est tout l’enjeu de communication des prochaines élections.

L’image de marque de Trump est très affaiblie.

Comment regagner « le respect de l’américain moyen » :

c'est tout le défi de Trump ! Et de ce fait de ... Biden.

En 2016, Donald Trump a accéléré des tendances politiques déjà fortes de longue date.

La politique a fonctionné avec l’émergence de 3 nouvelles règles qui changent considérablement la donne.

1) On vote pour soi, pas pour un candidat.

La «nouvelle génération» des électeurs a une approche citoyenne voisine de celle de la consommation courante.

Il s’agit de détecter les mesures qui permettront d’améliorer son sort individuel. Les généralités généreuses n’ont donc aucun effet.

2) On vote pour une star pas pour un responsable politique.

Il s’agit de représenter des valeurs au-delà des fonctions.

Les fonctions ramènent à l’action concrète. 

Les valeurs vont au-delà.

Elles sont le sens d’une destinée.

 Le profil du candidat doit donc être associé à des valeurs qui font de son nom une marque comme pour les sociétés commerciales.

3) Surtout, on vote pour un gagnant. Pas pour un perdant. 

Les sondages deviennent les «témoins scientifiques» de la victoire annoncée.

Ils structurent l’opinion et créent ou pas un système pour partie auto-entretenu :

   - plus les sondages sont bons, plus l’opinion accompagne le gagnant potentiel.

   - plus les sondages sont mauvais, plus l’opinion quitte le candidat en question.


Une campagne électorale devient donc un phénomène de “start-up”  

     - Ou le démarrage est rapidement reconnu par les sondages.

     - Ou la marginalisation s’installe.

USA : 2020 Presidential Election

le but de cet article n'est pas de traiter toute la campagne électorale américaine , car il y a des analystes pour celà, mais d'avoir quelques points de repère et des liens qui actualisent l'avancement et/ou les rebondissements jusqu'en novembre,

en espérant qu'il n'y aura pas à recompter des bulletins de vote , comme en Floride en 2000

Les deux candidats à la présidentielle américaine n’optent pas pour les mêmes stratégies de campagne.

Le premier, Donald Trump, s’affiche partout et arpente le pays.

Le second est plus calme et se déplace pour des petites rencontres près de chez lui.

 

Face à Donald Trump qui sillonne le pays malgré la pandémie, Joe Biden, masqué, opte pour des petites rencontres proches de chez lui. Et malgré les moqueries du président républicain, qui l’accuse de se cacher, le candidat démocrate à la Maison Blanche prend le large dans les sondages.

À 77 ans, Joe Biden n’affiche certes pas la même forme physique que Donald Trump, 74 ans, qui peut parler, comme samedi, pendant près de deux heures en arpentant la scène.

"On peut parler pendant deux heures mais c’est ce qu’on dit qui compte", balaie Amy Dacey, stratège démocrate

Le "côté humain, c’est l’atout" de Biden, "et cela marque un contraste évident avec Trump", note Barry Burden, professeur    https://t.co/MNU0G3GVcc?amp=1

Mais "à un moment, Biden va devoir plus se montrer sur le terrain, ne serait-ce que pour rassurer les électeurs", met en garde Barry Burden

Selon la moyenne établie par le site 270ToWin (270 est le nombre de grands électeurs qu’il faut réunir pour l’emporter), toutes les enquêtes d’opinion le placent en tête avec de 50 à 52 % des intentions de vote au niveau national contre 43 à 44 % pour son rival républicain.

 @270toWin

Create and share your 2020 presidential election forecast with our interactive map; review election polls.

    https://twitter.com/270towin   

A l’exception de l’Iowa où il est crédité de 45% des voix contre 46% des voix pour le président sortant, Joe Biden fait la course en tête dans la quasi-totalité des « swing states », ces Etats où les scores sont généralement serrés et qui peuvent faire pencher la balance dans un sens ou dans un autre.

le taux d’approbation de Donald Trump, (juin 2020 ) est  de 40,5% selon la moyenne établie par le site FiveThirtyEight.

@FiveThirtyEight
Data-driven news and analysis from Nate Silver's FiveThirtyEight

« En gérant la question de la pandémie du coronavirus d’une manière très approximative, Donald Trump a creusé sa propre tombe politique.

En évitant soigneusement de se faire voir ou de s’exprimer, Joe Biden a fait le choix de laisser le Président américain s’enfoncer tout seul », résume John Plassard,

Pouvant tabler sur le fait que les Américains peuvent avoir la mémoire courte, le président américain mise surtout sur une reprise de l’économie pour regagner le terrain perdu

Or, les Etats-Unis, qui ont déjà enregistré 124 415 morts et 2,4 millions de cas d’infections au 26 juin au matin, selon les relevés du Johns Hopkins Coronavirus Resource Center, connaissent actuellement une nouvelle poussée de la pandémie dans des Etats jusqu’ici épargnés.

 Les conseillers du Président disent qu’il affichait le même retard face à Hillary Clinton à la même époque en 2016, qu’il n’a pas encore eu le temps de cerner Joe Biden et que plus le scrutin va se rapprocher, plus les électeurs vont comprendre le choix binaire auquel ils sont confrontés.

Sauf qu’en 2016, Madame Clinton était aussi impopulaire que Monsieur Trump, ce qui n’est pas le cas de Monsieur Biden », prévient un éditorial du Wall Street Journal, 

 Titré « Le référendum Trump », l’article déplore que l’hôte de la Maison Blanche n’ait à ce jour aucun programme à proposer pour son second mandat si ce n’est de le renouveler pour quatre ans de plus…

La prochaine élection présidentielle américaine se déroulera le mardi 3 novembre 2020

Le 29 septembre 2020 aura lieu le premier débat présidentiel, suivi de deux autres les 15 et 22 octobre 2020. Enfin, le 3 novembre 2020, les citoyens américains éliront les Grands Électeurs issus d’un camp ou de l’autre, dont l’ensemble s'appellera le “collège électoral”. Le prochain locataire de la Maison Blanche devra ensuite rallier la moitié du Collège électoral, et donc comptabiliser la majorité des suffrages, à savoir les votes d’au moins 270 grands électeurs, afin de devenir le nouveau président.

Il sera officiellement proclamé 59e président des États-Unis début janvier et prêtera serment deux semaine plus tard.

15.6.2020 : Près de trois ans après l’élection surprise du Républicain Donald Trump, les États-Unis arrivent déjà à un tournant avec la fin du « premier » mandat du successeur de Barack Obama.

Malgré des dissensions internes et les difficultés récurrentes à contrôler les dérives médiatiques et politiques du président, personne au sein du Parti républicain ne s’est élevé pour concurrencer Donald Trump dans sa quête d’un second mandat.

Le sens de l’histoire veut, en effet, que le président sortant soit réélu, puisque depuis le début de la présidence moderne sous Franklin Delano Roosevelt, seuls trois présidents (Gerald Ford, Jimmy Carter et G.H. Bush) ont été battus dans leur tentative de réélection.

Côté DEMOCRATES , finalement, alors qu’un duel entre Joe Biden et Bernie Sanders se dessina dès la fin du mois de février, l’émergence de la crise sanitaire sans précédent du Covid-19 a totalement rebattu les cartes, mettant brutalement la campagne à l’arrêt.

Mi-avril, Bernie Sanders décida finalement de se retirer pour laisser la nomination à Joe Biden en vue d’unir le parti pour battre Donald Trump en novembre.

En termes de stratégie électoral, la victoire des Démocrates dépendra de leur capacité à récupérer le « Blue Wall » acquis par Donald Trump en 2016, c’est-à-dire les États du nord-est traditionnellement démocrates, mais qui ont basculé dans le camp républicain lors du dernier scrutin.

Les Démocrates devront également impérativement mobiliser les minorités

Le vote noir, dans de larges proportions, ainsi que le vote latino, seront indispensables à la reconquête de la Maison-Blanche, tout comme la mobilisation du vote féminin, à l’heure où certains États du Sud, soutenus par de nouveaux juges très conservateurs à la Cour Suprême, ont renforcé leurs mesures anti-avortement

Les propositions soumises pourront donc s’articuler autour de trois axes :

- Le premier interrogera le bilan du premier mandat de Donald Trump ainsi que ses perspectives de réélection

Le second axe se concentrera sur le projet démocrate, un parti en reconstruction

 Un dernier axe s’attachera à analyser les enjeux et stratégies électoraux. Quels seront les sujets qui sur lesquels les candidats vont se concentrer ? Quelle stratégie ?

L’élection de 2016 ayant été marquée par le phénomène des « fake news », l’importance des réseaux sociaux et des « nouvelles façons de faire de la politique », sans parler des attaques incessantes de Donald Trump – candidat et président – envers les médias, 2020 promet d'être animé

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :