Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

En temps de Crise : "des Femmes au pouvoir" - Crisis & Women Leaders

8 Mai 2020 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Dans L'AIR DU TEMPS, #GEOPOLITIQUE

Depuis janvier 2020, le monde vit au rythme du Covid-19.
Chaque pays du monde a sa manière bien particulière de faire face à cette épidémie. Cependant, un constat est à mentionner :
le point commun qu’ont tous les pays qui ont la meilleure stratégie pour lutter contre le coronavirus, c’est qu’ils sont tous dirigés par des femmes

C’est une opinion publiée par Avivah Wittenberg-Cox sur le site de Forbes qui n’est pas passée inaperçue tant les exemples de succès de femmes dirigeantes dans le monde face à la pandémie de coronavirus se multiplient. 

Une opinion visiblement basée sur un article qui a été publié sur le site d’Amina Mag (le magazine de la femme africaine et antillaise) par Charlotte Seck avant la mise en ligne de la tribune de Forbes.

La vérité

Angela Merkel, la chancelière allemande, a pris rapidement les choses en main et a calmement dit à ses compatriotes qu’il s’agissait d’un grave virus qui allait infecter jusqu’à 70% de la population.

"C’est grave", a-t-elle dit, "prenez-le au sérieux". Elle l’a fait, donc les Allemands aussi.

Les tests ont commencé dès le début. L’Allemagne a sauté d’emblée les phases de déni, de colère et de manque de sincérité que nous avons vues ailleurs. Les chiffres du pays sont bien inférieurs à ceux de ses voisins européens, et certains signes montrent qu’elle pourrait commencer à assouplir les restrictions assez rapidement.

Esprit de décision

Parmi les réponses les plus rapides, on trouve celle de Tsai Ing-wen à Taiwan. En janvier dernier, au premier signe d’une nouvelle maladie, elle a introduit 124 mesures pour bloquer la propagation sans avoir à recourir aux mesures de confinement qui sont devenues courantes ailleurs.

Elle envoie maintenant 10 millions de masques de protection aux États-Unis et en Europe. Tsai a réussi ce que CNN a qualifié de "meilleures réponses au monde", en gardant l’épidémie sous contrôle, ne signalant toujours que six décès.

Jacinda Ardern, en Nouvelle-Zélande, a été la première à mettre la clé sous la porte et a clairement indiqué le niveau d’alerte maximum auquel elle soumettait le pays – et pourquoi. Elle a imposé l’auto-isolement aux personnes entrant en Nouvelle-Zélande avec une rapidité étonnante, alors qu’il n’y avait que six cas dans tout le pays, et a interdit totalement l’entrée aux étrangers peu après. La clarté et la fermeté sauvent la Nouvelle-Zélande de la tempête. À la mi-avril, ils n’avaient subi que quatre décès, et là où d’autres pays parlent de lever les restrictions, Ardern les renforce, en plaçant tous les Néo-Zélandais rentrant au pays en quarantaine dans des lieux désignés pendant 14 jours.

  En temps de Crise :  "des Femmes au pouvoir"  -  Crisis &  Women Leaders
  En temps de Crise :  "des Femmes au pouvoir"  -  Crisis &  Women Leaders
La technologie

L’Islande, sous la direction de la Première ministre Katrín Jakobsdóttir, offre des tests de dépistage du coronavirus gratuits à tous ses citoyens, et deviendra "une étude de cas" clé dans les taux réels de propagation et de mortalité de Covid-19.

La plupart des pays ont limité les tests aux personnes présentant des symptômes actifs. L’Islande est en train de devenir un pays à part.

En proportion de sa population, le pays a déjà dépisté cinq fois plus de personnes que la Corée du Sud, et a mis en place un système de suivi approfondi qui implique qu’il n’a pas eu à fermer des écoles.

Sanna Marin est devenue la plus jeune chef d’État du monde lorsqu’elle a été élue en décembre dernier en Finlande. Il a fallu une leader "millenial" pour être le fer de lance de l’utilisation des médias sociaux comme facteur clé dans la lutte contre la crise du coronavirus. Conscientes que tout le monde ne lit pas la presse, elles invitent les influenceurs de tout âge à diffuser des informations factuelles sur la gestion de la pandémie.

L’amour

La Première ministre norvégienne, Erna Solberg, a eu l’idée novatrice d’utiliser la télévision pour parler directement aux enfants de son pays. Elle s’appuyait sur la courte conférence de presse de trois minutes que la Première ministre danoise, Mette Frederiksen, avait tenue quelques jours auparavant. Mme Solberg a tenu une conférence de presse dédiée (aux plus jeunes) où aucun adulte n’était autorisé.

Elle a répondu aux questions des enfants de tout le pays, prenant le temps d’expliquer pourquoi il était normal d’avoir peur. L’originalité et la pertinence de l’idée sont à couper le souffle. Combien d’autres innovations simples et humaines un leadership plus féminin pourrait-il déclencher ?

En général, l’empathie et l’attention que toutes ces dirigeantes ont communiquées semblent provenir d’un autre univers que celui auquel nous nous sommes habitués. C’est comme si leurs bras sortaient de leurs vidéos pour vous serrer dans une étreinte affectueuse et sincère. Qui aurait cru que des leaders pouvaient ressembler à cela ? Maintenant, nous le savons.

Maintenant, comparez ces dirigeants et ces histoires avec les hommes forts qui se servent de la crise pour accélérer un terrifiant trio d’autoritarisme : blâmer les "autres", capturer le pouvoir judiciaire, diaboliser les journalistes et couvrir leur pays de ténèbres (Trump, Bolsonaro, Obrador, Modi, Duterte, Orban, Poutine, Netanyahou…).

Des années de recherche ont timidement suggéré que les styles de leadership des femmes pourraient être différents et bénéfiques. Au lieu de cela, trop d’organisations politiques et d’entreprises s’efforcent encore d’amener les femmes à se comporter davantage comme des hommes si elles veulent diriger ou réussir. Pourtant, ces dirigeants nationaux sont des exemples d’études de cas des sept traits de leadership que les hommes peuvent vouloir apprendre des femmes.

Il est temps que nous le reconnaissions – et que nous en élisions davantage.

Une femme au pouvoir en Belgique aussi

Dans cette tribune, Avivah Wittenberg-Cox ne fait pas mention de notre Première ministre Sophie Wilmès, dont le style semble également convaincre au-delà de nos frontières.

France Inter écrit d’ailleurs à son sujet : "elle touche aussi le cœur des Belges dans ses discours devenus certes plus solennels mais toujours aussi bienveillants, presque maternels".

Le média français ajoute même : "Dans un pays constamment au bord du divorce, cette simplicité, doublée d’une autorité naturelle, est unanimement saluée par la classe politique. L’histoire ne retiendra pas que Sophie Wilmès a occupé ce poste par défaut mais qu’elle l’a occupé avec beaucoup de talent, reconnaissent volontiers certains élus de l’opposition."

Sur les quelque 200 pays du monde, seuls 23 d’entre eux sont dirigés par des femmes en 2020. Soit 12% environ. Si la route pour plus d’égalité hommes-femmes en termes de responsabilités politiques est encore long, des exemples comme ceux-ci pourraient ouvrir la voie à toute une génération de femmes politiques engagées et prêtes à prendre les rênes du pouvoir.

  En temps de Crise :  "des Femmes au pouvoir"  -  Crisis &  Women Leaders
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :