Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

Astrid , Raphaelle et les Autistes

15 Mars 2020 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Comme au CINEMA

 

En 1988 on avait aimé " RAIN MAN " au Cinéma 

En 2020 l'Autisme est revisité dans une série policiére de France2 TV 

Par ailleurs,dans la vie réelle,les Autistes sont appréciès en Informatique,comme en Californie 

 
"Astrid et Raphaëlle":
un duo féminin atypique
pour une série policière inédite

 

L’autisme Asperger au service de la police :Après « Caïn » et « Kepler(s) », la force du handicap dans « Astrid et Raphaëlle »

Une commandante de police fait équipe avec une autiste Asperger pour élucider une série de crimes. Astrid et Raphaëlle, une fiction dans laquelle le handicap devient un atout majeur pour résoudre des énigmes autrement insolubles

Confinée aux archives criminelles où elle excelle dans le classement des procès-verbaux, Astrid Nielsen (Sara Mortensen) est autiste Asperger.

Une forme d’autisme bien particulière qui se différencie par l’absence de déficit intellectuel et de retard de l’apparition du langage.

Décrit pour la première fois en 1944 par le psychiatre autrichien Hans Asperger, ce trouble n’est défini cliniquement qu’en 1981 par la psychiatre britannique Lorna Wing.

 

Astrid , Raphaelle et les Autistes
Astrid , Raphaelle et les Autistes
La comédienne Sara Mortensen va croiser sa vraie maman dans cette enquête en deux parties. Explications.
© FTV

Ce rôle d’enquêtrice autiste est-il plus difficile à jouer qu’un autre ?

Sara Mortensen : Cela demande une plus grande concentration. Astrid ne pense pas, ne bouge pas et ne parle pas comme moi. J’essaie d’être le plus crédible possible. Je ne voudrais pas que les téléspectateurs concernés de près ou de loin par l’autisme se sentent caricaturés ou trahis.

Dans cette enquête où s’entremêlent le fantastique, le monde politique et le crime, on en apprend beaucoup sur votre passé. Est-ce le fil rouge de cette saison ?

En effet, on en saura plus sur Astrid toute cette saison. Cette enquête est ponctuée de nombreux flashs-back. On découvre la jeune femme autiste lorsqu’elle avait 14 ans, à travers une jeune actrice qui me ressemble étonnamment. En réalité, à cet âge, je mesurais déjà 1 m 75 et j’avais des cheveux longs bouclés.

Vous jouez aussi, pour la première fois, avec votre maman, la comédienne norvégienne Elisabeth Mortensen…

Oui, elle incarne une mystérieuse femme, Mathilde, hospitalisée dans une institution à la suite d’un burn out. En jouant ensemble, nous concrétisons un rêve que l’on caressait depuis longtemps. C’est le prolongement de la complicité que nous avons dans la vie.

 

Vous passez avec aisance d’un rôle à l’autre. Quel sera votre prochain personnage à l’écran ?

On m’a proposé de jouer une danseuse dans un prochain téléfilm. Mais là, ce ne sera pas un rôle de composition : j’ai pratiqué la danse pendant vingt ans

la série policière qui représente l'autisme fidèlement, portée par Sara Mortensen ("Plus belle la vie") et Lola Dewaere ("Peur sur le lac").

https://t.co/usPNHaenDC?amp=1  

Sara Mortensen y incarne Astrid une archiviste de la police judiciaire aussi brillante que déroutante, atteinte du syndrome d’Asperger. À ses côtés, le commandant Raphaëlle Coste, borderline et intuitive jouée par Lola Dewaere.

Le thème de la série

Jean-Luc Azoulay, le producteur s’est confié sur le thème de la série dans une interview accordée à Allo ciné lors de la sortie du pilote :

On est partis du fait qu’on voulait être justes.

La genèse du projet a été marquée par des rencontres avec des autistes, pour ne pas être caricatural comme c’est le cas dans certains films, parce que ça les blesse énormément. L’écriture a été assez longue à cause de cet impératif de justesse.

L’auteur, Alex De Seguins, est venu nous proposer le projet il y a deux ans.

C’est l’actrice Sara Mortensen qui a pu se glisser dans le rôle Astrid. Elle a abordé la complexité de son personnage en expliquant quil a fallu faire des choix pour caractériser cette jeune femme puisqu’il existe autant d’autismes que d’autistes. La production souhaitait la rendre attachante mais tout aussi réelle et crédible. "Astrid est un personnage qui m’a beaucoup plus habité que les autres, à tel point que j’ai eu la sensation en terminant le tournage de ne pas avoir tourné. C’était très étrange" confie Sara Mortensen.

Le sujet intéressait aussi énormément Lola Dewaere qui voulait, absolument, faire partie du casting : "Moi je les ai harcelés. Je voulais vraiment le faire, j’étais très enthousiaste à la lecture du scénario, car on n’a jamais vu ce sujet traité de cette façon en France. L’équilibre du duo était tellement primordial que les castings ont pris beaucoup de temps".

Astrid , Raphaelle et les Autistes
Astrid , Raphaelle et les Autistes

L'une des séquences les plus réussies est ainsi celle où Raphaëlle assiste à une séance au sein d'un groupe de parole entre autistes dont Astrid fait partie, et où chacun fait entendre sa voix et ses entraves au quotidien. 

Comme le dit la comédienne Sara Mortensen, "il y a autant d'autistes que d'autismes", et leur statut est encore trop négligé ou méconnu en France, où l'autisme est encore considéré par beaucoup comme une maladie mentale ou un handicap.

Grâce à son côté franc, Raphaëlle, vecteur du point de vue du spectateur, prend Astrid telle qu'elle est, et ne prend pas de gants.

Ici, les deux héroïnes avancent de concert, et chacune se sert de l'autre pour avancer.  Jamais le traitement du personnage d'Astrid ne tombe dans le stéréotype du héros Asperger brillant et capable de tout résoudre, proche du surhomme

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :