Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

UVGERMI dans l'Air du Temps

28 Février 2020 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Sciences & Techniques, #Dans L'AIR DU TEMPS

Installée à Saint-Viance en Corrèze, UV Germi a développé un système d’épuration d’air « permettant d’éviter les moisissures, d’éliminer certaines odeurs et de détruire les bactéries et les virus ».

C’est cette dernière fonction qui, en pleine épidémie de coronavirus qui sévit en Chine, entraîne une accélération des marchés saoudiens sur lesquels la PME corrézienne s’est positionnée depuis 2016. 

 

                                https://t.co/KYYcwTQhtZ?amp=1

 la société UV Germi ,discrètement introduite en Bourse en 2017 à 5,43 euros par action, cette PME corrézienne a notamment vu son cours de Bourse bondir de 30% lundi, et touche ce vendredi (28.2.2020) un nouveau sommet historique à 10,200 euros, 

https://www.boursorama.com/cours/1rPALUVI/

UVGERMI dans l'Air du Temps
Introduite en bourse en 2017, l'action UV Germi a fait deux bonds de 30% cette semaine alors que la bourse s'effondre. La PME installée à Saint-Viance (Corrèze) commercialise une technologie permettant de détruire le coronavirus dans l'air.  

En 2017, lorsqu'André Bordas choisit la bourse pour lever des fonds pour sa PME installée à Saint-Viance (Corrèze), l'action est à 5,43 euros. Ce vendredi 28 février 2020, elle atteint 10,60 euros à la clôture après une semaine de hausse incessante. Le cours des actions UV Germi flambe alors que le Cac 40 dévisse à cause de la crise causée par la propagation du coronavirus dans le monde.  

Pourquoi une telle flambée ? 

Cette entreprise commercialise un système d’épuration d’air "permettant d’éviter les moisissures, d’éliminer certaines odeurs et de détruire les bactéries et les virus". C'est cette dernière fonction qui, en pleine épidémie de coronavirus, attire l'attention des investisseurs. "Au départ, nous avions lancé des recherches pour lutter contre le virus H1N1, c’était il y a près de dix ans. Le coronavirus n’est pas plus résistant que le H1N1 mais il faut savoir le piéger", indique André Bordas. 

 

"C'est au moment où on a parlé du bateau de croisière dans lequel les voyageurs étaient confinés au Japon, que ça a commencé à progresser.

Le virus avait pu être véhiculé par les circuits de climatisation du navire."

"J'ai aussi rencontré des personnes qui s'occupent de l'organisation de l'Expo universelle 2020 qui se tiendra là-bas.

Les grands événements qui accueillent beaucoup de public réfléchissent à s'équiper", indique le dirigeant, "très heureux pour tous les petits porteurs qui nous accompagnent."

ANDRÉ BORDAS

UVGERMI dans l'Air du Temps
2018

Installée à Saint-Viance (Corrèze), l’entreprise UV Germi a développé une technologie permettant de détruire le coronavirus dans l’air et donc de limiter les risques de transmission de la maladie.

L’épidémie qui sévit en Chine permet à l’entreprise corrézienne de consolider sa présence à Riyad (Arabie-Saoudite) qui s'équipe par principe de précaution.  

 https://t.co/5nEM67FBn3?amp=1

D’ailleurs, dans les locaux de l’entreprise, un seul équipement est visible.

« Tous ceux qui étaient prêts ont déjà été expédiés.

Il faut près d’une semaine à une personne pour monter une machine. Là, nous montons en charge. »

UVGERMI dans l'Air du Temps
UVGERMI dans l'Air du Temps
UVGERMI dans l'Air du Temps

déjà en 2016 : « Les Saoudiens ont montré un réel intérêt pour notre technologie de traitement de l’air, de l’eau mais surtout de l’eau grise, celle des douches et des lavabos qui est traitée et réutilisée notamment pour l’irrigation », précise André Bordas, PDG de l’entreprise corrézienne spécialisée dans le traitement grâce aux ultraviolets.

Et cet intérêt a notamment été suscité par Hamid Yaha. Ingénieur de formation et dotée d’une expérience importante dans l’export vers le Moyen-Orient, il travaille depuis deux ans pour UV Germi.

« Il a fallu établir une relation de confiance, un vrai relationnel. C’est un territoire très fermé ». Malgré l’ampleur de la tâche, les liens se tissent au fil des mois.

« En janvier, nous étions à Abou-Dabi pour un salon où nous avions emmené une de nos machines. Guerric Vrillet, notre scientifique était aussi présent. Ça a fait la différence », souligne André Bordas.

UVGERMI dans l'Air du Temps
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :