Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

Le chef de l'IATA "inquiet" par la divergence des régulateurs mondiaux sur le Boeing 737 MAX : Global regulator discrepancies over Boeing 737 MAX worry IATA

4 Septembre 2019 , Rédigé par Ipsus

les aventures cahotiques du BOEING 737 MAX sont loin d'être terminées,car les expertises ne font pas l'unanimité

et on a vu dans des articles précédents les enjeux 

Le chef de l'IATA "inquiet" par la divergence des régulateurs mondiaux sur le Boeing 737 MAX : Global regulator discrepancies over Boeing 737 MAX worry IATA

(Reuters) - Le chef du lobby des compagnies aériennes internationales, l'IATA, a averti mardi qu'une divergence entre les régulateurs mondiaux sur la réapprobation du 737 MAX de Boeing Co ( BA.N ) pour les vols commerciaux pourrait constituer un précédent inquiétant pour les futurs programmes d'avions.

 

Le MAX, le tout dernier avion monocouloir de Boeing, a été immobilisé dans le monde entier en mars après deux collisions meurtrières survenues en Indonésie et en Éthiopie en cinq mois. Boeing met à jour le logiciel de contrôle de vol au centre des deux accidents, qui doit être approuvé par les régulateurs avant que les avions ne puissent voler à nouveau dans le commerce.

Normalement, la Federal Aviation Administration des États-Unis a pris l’initiative de certifier les avions de Boeing et d’autres organismes de réglementation de l’aviation dans le monde, un processus soutenu par l’Association du transport aérien international (IATA).

Mais les régulateurs mondiaux ont indiqué qu'ils poursuivraient leur propre analyse des mises à jour proposées par le 737 MAX et Boeing, plutôt que de simplement suivre la FAA, qui a subi une perte de crédibilité à la suite des deux crashs.

"Avec le 737 MAX, nous sommes un peu inquiets ... parce que nous ne voyons pas l'unanimité parmi les régulateurs internationaux qui devrait être le cas", a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général de l'IATA, aux journalistes avant un sommet à Chicago.

 

«Nous constatons une différence préjudiciable à l’industrie.»

Dans un communiqué envoyé par courrier électronique, la FAA a déclaré qu'elle entretenait une "relation transparente et collaborative" avec d'autres autorités de l'aviation civile alors qu'elle poursuivait son examen des modifications apportées aux logiciels du Boeing 737 MAX.

"Chaque gouvernement décidera lui-même de remettre l'aéronef en service sur la base d'une évaluation approfondie de la sécurité", a déclaré l'agence.

Les compagnies aériennes américaines prévoient de ne pas utiliser le 737 MAX en décembre ou au début de l’année prochaine, ce qui aura des conséquences financières désastreuses pour les avions à réaction.

Boeing vise l'approbation réglementaire pour les correctifs et la nouvelle formation de pilotes en octobre, bien que la FAA ait répété mardi qu'elle ne disposait pas d'un calendrier précis pour remettre les jets en l'air.

"Notre priorité absolue est la sécurité, et nous n'avons défini aucun délai pour l'achèvement des travaux", a-t-il déclaré.

L’IATA, basée à Montréal, a organisé deux sommets sur le 737 MAX, auxquels ont participé des compagnies aériennes internationales, Boeing, la FAA et d’autres organismes de réglementation.

Si les régulateurs souhaitent modifier le processus de certification unique, de Juniac les y incite «collectivement».

Reportage de Tracy Rucinski; Des reportages supplémentaires de David Shepardson à Washington; Édité par Chizu Nomiyama, Jonathan Oatis et Tom Brown

Nos normes: Les principes de Thomson Reuters Trust.


 

 

Le chef de l'IATA "inquiet" par la divergence des régulateurs mondiaux sur le Boeing 737 MAX : Global regulator discrepancies over Boeing 737 MAX worry IATA
Global regulator discrepancies over Boeing 737 MAX worry IATA

   https://t.co/Hs2occBJ3w?amp=1

(Reuters) - The head of the International Air Transport Association (IATA) warned on Tuesday that any discrepancy among global regulators over reapproving Boeing Co’s 737 MAX for commercial flight could set a worrying precedent for future aircraft programs.

The 737 MAX, Boeing’s newest single-aisle aircraft, was grounded worldwide in March after two deadly crashes in Indonesia and Ethiopia within five months. Boeing is updating flight control software at the center of both crashes that must be approved by regulators before the planes can fly commercially again.

The U.S. Federal Aviation Administration (FAA) has traditionally taken the lead on certifying Boeing aircraft, leaving other regulators globally to follow suit. That process has been supported by IATA, a trade association of the world’s airlines.

But international regulators have indicated they will pursue their own analysis of the 737 MAX and Boeing’s proposed updates, after the FAA suffered a dent to its credibility following 737 MAX crashes.

“With the 737 MAX we are a bit worried ... because we don’t see the normal unanimity among international regulators that should be the case,” Alexandre de Juniac, IATA director general, told reporters ahead of a summit in Chicago.

 

“We see a discrepancy that’s detrimental to the industry,” he added, urging regulators to make any changes to the single certification process “collectively.”

In an emailed statement, the FAA said it has a “transparent and collaborative relationship” with other civil aviation authorities, but “each government will make its own decision to return the aircraft to service based on a thorough safety assessment.”

In a presentation to the European Parliament transport committee on Tuesday, European Union Aviation Safety Agency (EASA) Executive Director Patrick Ky said the regional regulator has around 20 experts, including test pilots and engineers, examining the 737 MAX design to ensure there were no weaknesses in safety critical areas.

Presentation slides posted on the European Parliament website showed that of the latest solutions presented by Boeing, EASA was satisfied with changes to the flight control computer architecture and believed improved crew procedures and training were a work in progress. However, it noted there was still no appropriate response to issues with the integrity of the angle of attack system.

In both of the 737 MAX crashes, erroneous data to one of the angle of attack sensors led to the activation of an automated system that repeatedly pushed down the plane’s nose.

U.S. airlines are drawing up flight schedules without the 737 MAX into December or early next year, taking a financial hit while the jets remain grounded.

Boeing is targeting regulatory approval for the fixes and new pilot training in October, though the FAA reiterated on Tuesday it does not have a firm timeline to put the jets back in the air.

“Our first priority is safety, and we have set no timeframe for when the work will be completed,” it said.

Reporting by Tracy Rucinski; Additional reporting by David Shepardson in Washington and Jamie Freed in Singapore; Editing by Chizu Nomiyama, Jonathan Oatis, Tom Brown and Jane Wardell

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :