Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

20 Juillet 2019 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Comme au CINEMA, #GEOPOLITIQUE

Déjà en 1937 " Soeurs d'Armes " etait le titre d'un film de guerre sur 2 femmes actives lors de la 1è guerre mondiale .

En 2019 la réalité est différente et tout aussi violente 

Histoire de la lutte à mort contre Daech menée par une        « brigade internationale » de femmes.

Quatre ans après que le massacre de ses amis, l’ancienne journaliste de Charlie châtiait, à l’image, les imposteurs de l’islam dévoyé. 

en attendant

la sortie du film

en Octobre 2019

 

Cet article n'engage que moi,d'autant que je ne fais pas partie du " fan club " de Caroline Fourest qui, s'étant faite discrète en France depuis un moment , nous revient " bonifiée " ,après ses périgrinations .

Intéressé par la Géopolitique j'ai volontairement inclus des reportages réels qui mettent en

évidence qu'il ne s'agit pas d'un film de " science fiction " , ni de propagande , mais plutôt de réflexion, pour ceux d'occident ayant abandonné les Kurdes nous ayant débarrassés de Daech ( au moins géographiquement ) , tout comme on laissa tomber les Harkis en 1962, après " services rendus " 

Et puis quelle belle leçon de FEMINISME constructif , face aux excitées hexagonales ,polarisées par le Tour de France , quand les vrais enjeux sont ailleurs, dont l'Islamisation " rampante

 Caroline Fourest ne veut provoquer personne.

 

« Mes dialogues, souligne-t-elle, sont pesés au trébuchet. »

Ils n’offensent ni les croyants ni les idéologues – sauf ceux de Daech, cela va sans dire.

Pour gommer la férocité des querelles entre les différentes factions kurdes, elle a décidé de mélanger leurs couleurs et leurs insignes de manière à inventer des pictogrammes baignés de consensus pour les costumes que porteront ses acteurs ou les bannières qu’ils brandiront.

« Je rassemblerai les Kurdes sous le même drapeau ! »

C’est une vidéo, atroce, qui a déclenché son envie d’en découdre, caméra au poing.

Des djihadistes hilares y sont filmés faisant ­commerce de jeunes femmes yézidies kidnappées par l’État islamique en août 2014 dans la région de Sinjar, en Irak.

« Aujourd’hui, c’est jour de marché aux esclaves et chacun aura sa part. Qui veut vendre ? »

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

Ce sont les Kurdes qui en sont venus à bout avec l’appui de l’aviation américaine. L’assaut final est passé presque inaperçu en France.

Il s’est déroulé le 13 novembre 2015 alors que des attentats islamistes ensanglantaient les rues de Paris, neuf mois après ceux perpétrés à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes et dans les locaux de Charlie Hebdo.

Sinjar, épicentre de l’horreur puis de la résistance à la terreur. Lorsque Caroline Fourest décide de s’y rendre en juillet 2016, elle ne dort plus depuis des mois. Le souvenir de ses amis dessinateurs et journalistes assassinés par les frères Kouachi la hante. 

les 2 photos avec commentaires en anglais ne sont pas une fiction, mais prises sur place 

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

 Tous les coproducteurs ou distributeurs la font lanterner, avant de lui signifier une fin de non-recevoir ou de lui proposer des sommes dérisoires.

Et pour cause ! Un second long-métrage, elle finit par le découvrir, se prépare sur le même sujet. Intitulé Les Filles du soleil...

« Il y a bien eu cent films sur le Vietnam », rétorque Fourest à ceux qui lui conseillent de jeter l’éponge.

Comme toujours, elle donne le change et continue à avancer.

Jusqu’au Kurdistan irakien.

La région est relativement calme et autonome depuis la chute de Saddam Hussein.

Caro’ arrive dans la capitale, Erbil, début juillet 2017, toujours en compagnie de Fiam’.

Non seulement, elle n’a pas l’intention d’abandonner son film mais elle veut le réaliser ici, à une centaine de kilomètres de Mossoul où résonnent encore les échos des derniers bombardements contre Daech.

Le président de l’Institut kurde de Paris, Kendal Nezan, l’a introduite auprès des autorités gouvernementales 

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

 À l’écran, les « sœurs de Caroline » sont kurdes mais aussi françaises, italiennes, israéliennes, américaines.

Elles prient selon la religion musulmane, juive, chrétienne ou ne croient en aucun dieu.

Engagées volon­taires, toutes affrontent la barbarie djihadiste. « In a land of unthinkable brutality, a group of female warriors is winning the fight against Isis. »

« Dans un pays où règne une brutalité impensable, un groupe de femmes soldats remporte le combat contre l’État islamique. »

La phrase est en incrustation sur le teaser qui a été montré aux distributeurs.

La bande-annonce promet de l’action et du suspens.

« J’ai fait un film de guerre féministe. Plutôt nouveau, non ? » y lance Fourest, l’air bravache.

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

 Sur le théâtre des opérations, ces combattantes n’ont rien à envier aux hommes.

Elles peuvent être leurs chefs.

Même les plus machistes ont fini par s’y résigner.

Pour aller au front, elles ont dû souvent s’émanciper de pères ou de frères, de traditions familiales, de « codes de l’honneur », de préceptes religieux.

Beaucoup d’entre elles, aussi, ont secouru les esclaves yézidies du Sinjar, et les ont par la suite formées au combat.

Ce sont elles, les modèles de Caroline Fourest, elles qui inspirent les personnages principaux de son scénario.

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

La Suédoise Dilan Gwyn, qui jouera la jeune Yézidie vendue à un chef djihadiste, est la fille d’un poète indépendantiste kurde de Turquie, Orhan Kotan, qui a connu les geôles d’Ankara avant de s’exiler à Stockholm.

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

 

 À Paris, Kendal Nezan, le président de l’Institut, fin lettré et auteur d’un dictionnaire, valide les dialogues, jonglant entre les trois langues pratiquées par ses compatriotes (le kumandji, le zaza, le sorani).

« Je sers aussi de coach, me dit-il.

J’aide Amira Casar à trouver l’accent parfait. »

 

 

 

 

 Hemin Anthony Chamon, qui dirige l’Association des Yézidis de France, prodigue, lui aussi, ses conseils.

« Caroline Fourest, assure-t-il aujourd’hui, n’a pas trahi notre cause.

Parmi tous ceux qui ont essayé de la raconter au cinéma, c’est même elle qui l’a le mieux comprise. »

 

Avec seulement un budget de 5,6 millions d’euros péniblement atteint grâce à une contribution de Canal + accordée à la dernière minute avec, en médiateur, Tarak Ben Ammar, le père de Jad.

Tout est calculé au centime près.

Cachets modestes pour les actrices, économies en tout genre.

Ainsi, les armes, factices, ont été offertes par Cybergun, spécialiste du « tir de loisir » et du paintball.

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.

Dans les montagnes kurdes, la commandante Khatoon et son escouade féminine attendent les deux Françaises.

Celles-ci débarquent, par 50 °C à l’ombre, avec une caméra montée sur un drone acheté (« 1 000 euros ») sur leurs propres deniers.

Juchées sur l’un des vingt-sept blindés qu’un colonel des Peshmergas,

libérateurs de Mossoul, a fait venir en leur honneur, elles filment, tels deux généraux à la manœuvre, les chars dans le désert et les bataillons de combattantes.

À Paris, ces images iront, elles l’ont juré aux Kurdes, sur le banc de montage.

Promesse tenue : dans Sœurs d’armes, vous pourrez apercevoir, en regardant bien, la commandante Khatoon et ses camarades.

Elles marchent fièrement, vivante incarnation de la sororité triomphante. 

Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Soeurs d'Armes et les Kurdes - Sisters in arms against Isis.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :