Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

L’immobilisation du 737 MAX pèse lourdement sur les comptes de Boeing - When Will Boeing 737 Max Fly Again ?

19 Juillet 2019 , Rédigé par Ipsus Publié dans #AMERIQUE Nord & Sud

le constructeur aéronautique Boeing a annoncé jeudi 18 juillet que les déboires de son avion vedette 737 MAX allaient amputer son chiffre d’affaires et bénéfice avant impôts du deuxième trimestre à hauteur de 5,6 milliards de dollars (4,9 milliards d’euros).

L’immobilisation au sol du 737 MAX est un coup dur pour Boeing. Le constructeur a annoncé, jeudi 18 juillet, qu’il inscrirait une charge après impôts de 4,9 milliards de dollars pour couvrir les frais liés aux déboires de son appareil. La charge entraînera une réduction de 5,6 milliards de dollars du chiffre d’affaires et du résultat avant impôt, a déclaré l’avionneur américain dans un communiqué.

L’action Boeing gagnait 2% dans les échanges d’après-Bourse à Wall Street, signe que les investisseurs s’attendaient à un impact de cet ordre dans les comptes trimestriels qui seront publiés le 24 juillet. Les 737 MAX sont cloués au sol depuis la mi-mars après deux accidents qui ont fait 346 morts en Ethiopie et en Indonésie à cinq mois d’écart, plongeant Boeing dans l’une des plus graves crises de son histoire.

Livraisons suspendues. Dans un tweet, le PDG Dennis Muilenburg a souligné que la priorité restait de remettre le 737 MAX en service en toute sécurité. « L’immobilisation au sol du MAX présente des difficultés considérables pour nos clients, notre groupe et notre chaîne d’approvisionnement », a-t-il écrit.

Boeing estime que ses coûts de production du bimoteur ont augmenté de 1,7 milliard de dollars au deuxième trimestre, en raison de la réduction prolongée de ses cadences de production. L’avionneur a ramené de 52 à 42 le nombre de 737 MAX qui sortent d’usine à Seattle et a dans le même temps suspendu ses livraisons aux compagnies aériennes, ce qui le prive de liquidités.

Dans son communiqué, le groupe dit tabler sur un retour dans les airs de son bimoteur vedette au début du quatrième trimestre, sans être en mesure d’être plus précis. Les compagnies aériennes pour leur part n’escomptent pas une reprise de service de leurs 737 MAX avant novembre au plus tôt.

(Avec Reuters)

Un retour en service espéré pour début 2020

Boeing n’a toujours pas soumis aux régulateurs, pour certification, le correctif du système anti-décrochage MCAS mis en cause dans les deux accidents. L’agence fédérale de l’aviation (FAA) a en outre récemment décelé un problème de microprocesseur présentant un « risque potentiel ». Ce nouveau problème, qui pourrait concerner la conception même de l’avion, a poussé de nombreux experts à pronostiquer le retour en service du 737 MAX pour le premier trimestre 2020

Boeing est également attaqué en justice par des familles de victimes des deux accidents – un Ethiopian Airlines (157 morts) et un Lion Air (189 morts) – et a pris les devants en s’engageant à leur verser 100 millions de dollars. Un fonds spécifique a été créé, doté de 50 millions de dollars disponibles immédiatement. Il est géré par Kenneth Feinberg, un célèbre avocat américain spécialisé dans les fonds de compensation des victimes.

La charge de 4,9 milliards de dollars va servir à indemniser les clients affectés par la crise et comprend aussi bien des indemnités financières que des rabais que Boeing pourrait accorder aux compagnies aériennes ou des échanges de modèles d’avions.

L’immobilisation du 737 MAX pèse lourdement sur les comptes de Boeing - When Will Boeing 737 Max Fly Again ?

Boeing is facing a slew of probes by regulators across the world as well as U.S. lawmakers and the Department of Justice.

Will air travelers get back on board?

At least 20% of U.S. travelers say they will definitely avoid the plane in the first six months after flights resume, according to a study led by consultant Henry Harteveldt. More than 40% said they’d be willing to take pricier or less convenient flights to stay off the Max. A UBS Group AG survey found that 70% would hesitate to book a flight on the Max. American says its executives and other staff will take the first flights, before paying passengers, as soon as the Max is certified fit to fly. Four of the world’s leading aircraft regulators -- from the U.S., Europe, Canada and Brazil -- have also agreed in principle to coordinate their actions in restoring the jet to service, in a bid to restore public trust.

L’immobilisation du 737 MAX pèse lourdement sur les comptes de Boeing - When Will Boeing 737 Max Fly Again ?
L’immobilisation du 737 MAX pèse lourdement sur les comptes de Boeing - When Will Boeing 737 Max Fly Again ?

Auditionnés le 17 juillet 2019 par le sous-comité de l’aviation de la Chambre des Représentants  à Washington, des membres des familles de passagers morts dans l’accident du 737 MAX 8 de la compagnie nationale éthiopienne en mars dernier (157 morts) ont surtout dénoncé le comportement de l’avionneur. Pour Paul Njoroge, qui a perdu dans le crash du vol ET302 sa femme, sa belle-mère et ses trois enfants, les actions de Boeing dont « honteuses » et « une insulte à l’humanité ». Et d’accuser : ils étaient « au courant des défauts (après l’accident du MAX 8 de Lion Air en octobre NDLR), c’est pour ça qu’ils ont caché l’existence du système », le MCAS anti-décrochage impliqué dans les deux accidents. Boeing a selon le résident canadien né au Kenya blâmé « des pilotes étrangers innocents qui ne savaient rien et qui ne disposaient d’aucune information » sur le nouveau système.

Les familles ont également demandé au Congrès une recertification complète des 737 MAX « en tant qu’avion nouveau », et exigé une formation obligatoire sur simulateur des pilotes une fois que la mise à jour logicielle du MCAS aura été menée à bien. La Federal Aviation Administration (FAA) devrait selon elles revenir au système de représentant technique désigné (DER), au lieu de l’autorisation de désignation de l’organisation (ODA) mise en place depuis 2005. Principalement pour des raisons budgétaires, mais qui a nourri les soupçons de conflit d’intérêt dans la certification des Boeing. Michael Stumo, père d’une victime du vol ET302, a rappelé : dans l’ancien programme DER, Boeing « payait toujours ces ingénieurs, mais ils relevaient de la FAA. Il y avait deux lignes d’autorité, deux chaînes de commandement ; la culture de la sécurité pouvait mettre un terme aux choses si ça semblait mal se passer ».

 What do people think caused the crashes?

In both cases, pilots were likely overwhelmed by a new flight control feature added to the Max known as the Maneuvering Characteristics Augmentation System, or MCAS. The system kicked on due to an erroneous sensor reading and pushed the plane’s nose downward. Pilots commanding the doomed Ethiopian Air jet were hit with a cascade of malfunctions and alarms seconds after taking off from the Ethiopian capital, according to a preliminary report. Indonesia’s preliminary report showed that maintenance and pilot actions were also being reviewed.

At least 46 claims have been filed by families of victims in the Indonesia crash, with almost as many for the Ethiopian fatalities, court records show. Bloomberg Intelligence estimates Boeing’s litigation risks in the U.S. could amount to $1 billion. In July, Boeing offered $100 million over several years as an “initial outreach” to support the families of victims and others affected by the two crashes. On other legal fronts, the U.S. Justice Department has expanded its probe to include a look into manufacturing of another Boeing aircraft -- the 787 Dreamliner -- at a new plant in South Carolina. The U.S. Securities and Exchange Commission is investigating whether Boeing properly disclosed issues tied to the 737 Max jetliners to investors. Congressional hearings are under way. And Boeing faces proposed class action lawsuits by pilots.

"La FAA lèvera l'interdiction quand elle jugera qu'il est sûr de le faire", a déclaré à l'AFP un porte-parole du régulateur aérien.

Who approved this system?

The FAA gave final certification to the 737 Max in March 2017, and it entered commercial service two months later. Under a program established in 2005, the FAA had delegated to Boeing the authority to perform some safety-certification work on its behalf. Some FAA employees warned as far back as 2012 that Boeing had too much sway over safety approvals of new aircraft. Boeing said in May that it had known months before the Indonesia crash that the cockpit alert wasn’t working the way it had told buyers, but it didn’t share that with airlines or the FAA until after the Lion Air jet went down.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :