Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne

5 Septembre 2018 , Rédigé par Ipsus Publié dans #GEOPOLITIQUE, #Dans L'AIR DU TEMPS, #MENA Afrique du Nord M.- O.

Le livre de Sigrid Hunke est sorti en Allemagne en 1960 et j'eus l'opportunité d'en lire la 1è traduction en 1963 .Il fut réédité 

C'est dommage qu'en 2018 cette Civilisation n'ait pas su évoluer , s'adapter et se remettre en question , non pour se renier , mais tenir compte du contexte de la mondialisation et de données inexistantes du temps du Prophète 

Quand j'étais à l'Université ( au siècle dernier )  J-F Lemarignier  professeur à la faculté de droit de Paris (1957-1970) nous avait fait découvrir un historien belge,Henri PIRENNE et son célèbre:

" Mahomet et Charlemagne " mettant en scéne la Méditerranée .

Quand on peut mettre de côté la politique et les dogmatismes , l'histoire des Civilisations est passionante et riche . 

Alors que l'Europe se débattait dans un Moyen Age de conflits et de blocages, le monde arabe était le théâtre d'une admirable civilisation fondée sur les échanges économiques, intellectuels et spirituels.

Dans toutes les disciplines - mathématiques, astronomie, médecine, architecture, musique et poésie -, les Arabes multiplièrent les plus prodigieuses réalisations. Venant d'Italie, de Sicile, d'Espagne et autres territoires soumis à la domination ou à l'influence arabe, passant par l'entremise de grands princes, comme Frédéric II de Hohenstaufen ou par le canal de nombreux voyageurs (négociants, pèlerins, croisés, étudiants), les réalisations de cette prestigieuse civilisation ont peu à peu gagné l'Europe où elles jouèrent un rôle déterminant dans l'éclosion de la civilisation occidentale.

Sigrid Hunke brosse un tableau saisissant de cette rencontre entre l'Orient et l'Occident. L'influence décisive de la civilisation arabe sur celle de l'Europe - influence trop souvent passée sous silence, sinon ouvertement contestée - est enfin mise en pleine lumière

quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne

     https://t.co/EgVUHUYz9R

Pirenne croyait que les invasions germaniques n'avaient pas altéré en profondeur la civilisation, la vie économique, la structure sociale du monde antique à son déclin, en Europe occidentale.

Le grand bouleversement aurait été opéré au VIIe siècle, quand les Musulmans acquirent la maîtrise dans l'ouest de la Méditerranée.

En coupant l'Occident de l'Orient et de l'Afrique, ils l'ont obligé à se replier sur lui-même. Le centre de gravité s'est déplacé vers le nord, vers les pays germaniques. L'influence germanique se fit, à partir du VIIIe siècle, de plus en plus forte dans les institutions et dans la vie sociale. Le grand commerce était désormais impossible ; l'aspect économique de la civilisation a nécessairement pour base la terre et singulièrement le domaine se suffisant à lui-même.

La grande figure de ce monde nouveau, Charlemagne, est inconcevable sans Mahomet.

 http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/50168

Dans ce grand classique l’historien Henri Pirenne défend une thèse. Il démontre que ce ne sont pas les invasions barbares qui ont détruit la civilisation méditerranéenne de l’Empire romain. Durant le Vème siècle et le VIème la civilisation a été rudement secouée par les Barbares mais elle s’est maintenue. Les peuples envahisseurs étaient séduits par la civilisation des peuples conquis. Ils l’ont respectée, ils se sont intégrés et même, assez vite, assimilés. 

Ce n’est qu’au VIIème siècle, à partir de 634, que la civilisation gréco-romaine s’est écroulée sous le choc des invasions des peuples de l’Islam. Ces envahisseurs ont conquis tous les rivages de la Méditerranée occidentale et ont empêché tout échange. Depuis toujours la « mare nostrum » avait réuni ses peuples riverains autour d’une même culture et d’une même civilisation. Pour la première fois dans l’Histoire, elle est devenue une frontière. Elle sépare à jamais deux cultures irréconciliables, l’occidentale et l’Islam. Le VIIème siècle est, pour l’Europe, le début du vrai Moyen-Âge. 

A l’appui de cette thèse, Henri Pirenne apporte une quantité innombrable de preuves qui révèlent son extraordinaire érudition et son incroyable connaissance du sujet. La transition entre le monde ancien et le Moyen-Âge était sa spécialité et son livre est le fruit de toute une vie de recherche sur cette période cruciale de notre Histoire. 

Il nous explique les raisons de la rupture irréversible entre les deux cultures, l’occidentale et l’Islam. Les conquérants musulmans n’ont pas pour devoir de convertir les peuples conquis mais d’assurer leur sujétion. Ils ne rechignent pas à s’emparer de leurs sciences, leurs arts, leurs richesses et leur train de vie, mais les vaincus sont leurs sujets, ils payeront seuls l’impôt, et serviront leurs nouveaux maîtres. Et de conclure : « la rupture avec le passé est définitive. Les nouveaux maîtres imposent aux vaincus la soumission à Allah. Le droit tiré du Coran se substitue au droit romain et l’arabe se substitue au grec et au latin. Aucune fusion n’est possible, ces deux cultures seront hostiles à jamais » (il écrivait ceci en 1936, à une époque où ces vérités fondamentales pouvaient encore être énoncées en toute sérénité). 

Après une période éminemment chaotique, le couronnement de Charlemagne en 800 est le jalon qui marque le début d’une ère nouvelle. Dorénavant, c’est au nord que va s’élaborer lentement et péniblement une civilisation germanique, romanisée par la chrétienté, qui rassemblera Gaulois et Germains dans une même Europe. Mais c’est néanmoins un repli sur soi, nous explique l’auteur, et un déclin de civilisation. Il faudra attendre le XIIème siècle pour qu’apparaisse enfin une véritable « renaissance ». 

Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, les recherches menées dans les trois aires impériales qui dominèrent les rives de la mer intérieure – latine, byzantine, musulmane –, de façon primordiale les recherches archéologiques sur les siècles de la grande crise méditerranéenne, ne cessent de remettre en cause les travaux fondateurs d’une histoire de la crise méditerranéenne et, en premier lieu, le livre de l’historien belge, Henri Pirenne, Mahomet et Charlemagne, (1936), mais également et sous un autre angle, la Méditerranée de Braudel.


Une autre base, récente, d’une réévaluation de l’état de la Méditerranée en crise, émane de la découverte de documents contemporains de ces temps, de plus en plus nombreux, tels les papyrus égyptiens antérieurs et contemporains des conquêtes arabes (642 pour l’Egypte).

Des travaux d’historiens récents, comme l’ouvrage de Horden et Purcell (The Corrupting Sea, 2000), proposent une nouvelle approche d’une histoire de la Méditerranée. Parmi celles-ci, la lecture des écrits des lettrés contemporains, en particulier les historiens arabes comme al-Tabarî (m. 923) à Bagdad au début du Xe siècle, projette une autre lumière sur l’état de la « crise », et permet une autre approche de l’histoire de la Méditerranée de ces temps de crise.

http://www.mshsud.tv/spip.php?article680

 

SOMMAIRE    https://t.co/weLBLCWg6f

 

                      INTRODUCTION 

quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne
quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne
quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne
quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne
quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne
quand le Soleil d'Allah brillait sur l'Occident et que la Méditerranée était confrontée à Mahomet et Charlemagne

https://t.co/rHPiaVGbEr  ( Pdf : 14 pages )

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :