Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Knock on Wood

Robert F. Kennedy et Martin Luther King : quelles leçons ?

18 Juillet 2010 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Dans L'AIR DU TEMPS

  En ces temps de violence urbaine,il est bon de prendre du recul

et la famille Kennedy nous offre l'illustration de ce qui pourrait,un jour,nous arriver.

 

Par contre,le discours de Robert Kennedy,en 1968

qu'on retrouve + loin en version video ( originale )

élève le débat, http://bit.ly/d0RZMs

sans aller rechercher Gandhi ou d'autres

ayant rappelé :

"est ce que la violence a jamais créé quoi que ce soit ?"

et second constat :

"les armes ne peuvent jamais suppléer les urnes".

 

-   Qui sera le Robert Kennedy français dans les circonstances actuelles ? _ http://bit.ly/bhSadh

 

-  2012 portera sur des enjeux de société et non pas sur de la simple technicité économique ou financière._ http://bit.ly/brnGSC

 

- la sécurité est le premier des droits de l'Homme.

 

- La délinquance a aussi un coût énorme.

 L'Institut de la Justice (une association de victimes) le chiffre à 115 milliards d'euros par an.

Soit le double du budget des hôpitaux, le double aussi de l'effort de rigueur à réaliser chaque année par l'ensemble des Français. http://bit.ly/9JlxtI

 

-Dans la société occidentale, la violence a été évacuée selon un processus lent et long ; c’est ce qui est communément appelé civilisation.

 

. Dans l’évolution de la société, la violence privée a été prise en charge par l’Etat.

L’homme ne peut plus se venger et la violence légitime n’appartient plus qu’à l’Etat. http://bit.ly/bNzSjr

 

La criminalité à Bruxelles - Jean-Claude Matgen :La violence urbaine liée à la fracture sociale :   http://bit.ly/c0LehT

  _________________________________________________________________________

Discours de Robert Kennedy venant d'apprendre la mort de Martin Luther King (1929-1968)   http://bit.ly/av66yN

AE_RFK.jpg« Mesdames et messieurs, j'ai une triste nouvelle pour vous, mais je pense aussi pour tous nos camarades citoyens et pour les personnes qui veulent la paix dans le monde : Martin Luther King a été assassiné ce soir.

Martin Luther King a consacré sa vie à la cause de l'amour et de la justice entre les êtres. Il est mort en y oeuvrant.

 En ce jour difficile, en cette heure difficile pour les Etats-Unis, il faut peut-être se demander quel genre de Nation nous sommes et quelle direction nous voulons prendre.

Pour ceux d'entre vous qui sont noirs - compte tenu, à l'évidence que des blancs sont responsables - vous pouvez être empli d'amertume, de haine et de désir de vengeance.

 En tant que pays, nous pouvons nous diriger vers une plus grande polarisation - Noirs parmi les Noirs, et Blancs parmi les Blancs, emplis de haine les uns envers les autres. Ou, nous pouvons faire un effort, comme l'a fait Martin Luther King, pour comprendre, appréhender et remplacer cette violence, cette tache d'un carnage qui a accablé notre terre, pour que la compassion et de l'amour.

Pour ceux d'entre vous qui sont noirs et sont tentés, face à l'injustice d'un tel acte, par la haine et la méfiance envers tous les Blancs, je peux seulement dire que je ressens dans mon propre coeur le même genre de sentiment.

 J'ai eu un membre de famille tué, même s'il a été tué par un homme blanc comme lui. Nous devons faire un effort aux Etats-Unis, nous devons faire un effort pour comprendre, pour faire un pari sur l'avenir, pour dépasser cette époque plutôt difficile.

Mon poète préféré, Eschyle, a écrit par le passé : « Même dans le sommeil, la douleur qu'on ne peut oublier, tombe goutte à goutte sur notre coeur et dans notre désespoir, contre notre gré, par la grâce terrible de Dieu, nous vient la sagesse. »

Aux Etats-Unis, nous n'avons pas besoin de divisions. Aux Etats-Unis, nous n'avons pas besoin de haine. Aux Etats-Unis, nous n'avons pas besoin de violence et d'anarchie ; nous avons besoin d'amour et de sagesse, de compassion envers notre prochain, d'un sentiment de justice envers ceux qui souffrent toujours dans notre pays, qu'ils soient blancs ou noirs.

 Ainsi, je vous demande ce soir de rentrer chez vous, de prier pour la famille de Martin Luther King bien sûr, mais surtout pour notre propre pays, que nous aimons tous - une prière pour qu'il y ait plus de cette compréhension et de cette compassion, dont je parlais tout à l'heure.

 Dans ce pays, nous pouvons faire le bien. Nous aurons des périodes difficiles ; nous avons eu des périodes difficiles dans le passé ; et nous aurons des périodes difficiles à l'avenir.

Ce n'est pas la fin de la violence ; ce n'est pas la fin de l'anarchie ; et ce n'est pas la fin du désordre. Mais la grande majorité des Blancs et des Noirs dans ce pays veulent vivre ensemble, veulent améliorer la qualité de notre vie, et veulent que la justice soit faite pour tous les êtres humains qui demeurent sur notre terre.

Consacrons-nous à ce que les Grecs ont écrit il y a tant d'années : il faut apprivoiser la sauvagerie de l'homme et rendre la vie plus douce. Consacrons-nous-y, et prions pour notre pays et pour notre peuple. Merci beaucoup. »

Robert Kennedy, 4 avril 1968, Indianapolis.

rfkannouncesmlkdeath.JPG

Ladies and Gentlemen,  http://bit.ly/Z0VYS  ( Video )

 

I'm only going to talk to you just for a minute or so this evening, because I have some -- some very sad news for all of you -- Could you lower those signs, please? -

- I have some very sad news for all of you, and, I think, sad news for all of our fellow citizens, and people who love peace all over the world; and that is that Martin Luther King was shot and was killed tonight in Memphis, Tennessee.

 

Martin Luther King dedicated his life to love and to justice between fellow human beings. He died in the cause of that effort. In this difficult day, in this difficult time for the United States, it's perhaps well to ask what kind of a nation we are and what direction we want to move in. For those of you who are black -- considering the evidence evidently is that there were white people who were responsible -- you can be filled with bitterness, and with hatred, and a desire for revenge.

 

We can move in that direction as a country, in greater polarization -- black people amongst blacks, and white amongst whites, filled with hatred toward one another. Or we can make an effort, as Martin Luther King did, to understand, and to comprehend, and replace that violence, that stain of bloodshed that has spread across our land, with an effort to understand, compassion, and love.

 

For those of you who are black and are tempted to fill with -- be filled with hatred and mistrust of the injustice of such an act, against all white people, I would only say that I can also feel in my own heart the same kind of feeling. I had a member of my family killed, but he was killed by a white man.

 

But we have to make an effort in the United States. We have to make an effort to understand, to get beyond, or go beyond these rather difficult times.

 

My favorite poem, my -- my favorite poet was Aeschylus. And he once wrote:

Even in our sleep, pain which cannot forget
falls drop by drop upon the heart,
until, in our own despair,
against our will,
comes wisdom
through the awful grace of God.

What we need in the United States is not division; what we need in the United States is not hatred; what we need in the United States is not violence and lawlessness, but is love, and wisdom, and compassion toward one another, and a feeling of justice toward those who still suffer within our country, whether they be white or whether they be black.

 

So I ask you tonight to return home, to say a prayer for the family of Martin Luther King -- yeah, it's true -- but more importantly to say a prayer for our own country, which all of us love -- a prayer for understanding and that compassion of which I spoke.

We can do well in this country.

We will have difficult times.

We've had difficult times in the past, but we -- and we will have difficult times in the future. It is not the end of violence; it is not the end of lawlessness; and it's not the end of disorder.

 

But the vast majority of white people and the vast majority of black people in this country want to live together, want to improve the quality of our life, and want justice for all human beings that abide in our land.

And let's dedicate ourselves to what the Greeks wrote so many years ago: to tame the savageness of man and make gentle the life of this world. Let us dedicate ourselves to that, and say a prayer for our country and for our people.

 

Thank you very much.

 

Partager cet article

Repost 0