Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Knock on Wood

PARIS

29 Mars 2008 , Rédigé par Ipsus Publié dans #Comme au CINEMA

Cédric Klapisch a également réalisé Paris en réaction à la vision négative qu'on peut avoir de la ville.

http://www.lefilm-paris.com/

Paris c'est une ville de spleen.
 Il y a une mélancolie
qui, bizarrement, est du côté de la vie, de la réaction et non de la résignation

 

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=114860.html

 
Pour ce film, Cédric Klapisch a fait appel à nombre d'acteurs qui n'avaient jamais travaillé avec lui comme Juliette Binoche, François Cluzet, Mélanie Laurent, Gilles Lellouche, Albert Dupontel et Julie Ferrier ( cliquer chaque nom )

Comme son titre l'indique, Paris a été essentiellement tourné dans la capitale intra muros. A compter du 13 novembre 2006, le réalisateur y a planté ses caméras pendant 14 semaines

http://www.dvdrama.com/news-24077-cine-paris.php

Chaque "famille" évoquée par le film possède ainsi son quartier, ses moeurs, son langage, bien définis, et les passerelles que jette entre eux le cinéaste se veulent autant de coups de force en faveur des possibles de la ville

Video :

http://www.dailymotion.com/video/x3n4sd_paris-cedric-klapisch-bande-annonce_shortfilms

« J'ai voulu dire que Paris est une ville plurielle et que tous ces personnages de races et de milieux différents font qu'elle existe.
Il y a cela dans Le Spleen de Paris de Baudelaire… Une ville, c'est sans queue ni tête!»,

http://latelelibre.fr/index.php/2008/02/le-paris-culturel-de-klapisch/  

C'était important que tout soit empreint de vérité.
Même les filles de la mode qui vont s'encanailler aux Halles, c'est loin d'être invraisemblable.
Il y a beaucoup de choses paradoxales dans Paris
:
 la vie sérieuse et rangée, et,
souvent la nuit, la vie folle où on peut tout se permettre.»

 

La ville, c'est aussi une rencontre et un paradoxe: les lieux que l'on visite et les êtres que l'on découvre

le Paris historique et moderniste est représenté par deux frères, le prof qui raconte et l'architecte qui construit.
Mais il est vrai que l'on visite plus les êtres que les quartiers.
Une ville est plus faite de ses habitants que de ses lieux.

 

En revanche, il est fier d'avoir pu filmer le défilé de Jean-Paul Gaultier en caméra cachée: «J'étais content. Gaultier c'est un symbole. C'est une âme. Ce qu'il fait m'impressionne. Il fait partie de ces gens qui ont d'abord eu de l'insolence et en ont fait de la beauté et un chic. C'est aussi cela Paris.» 

 

«Paris est une ville sans centre, comme dit l'un de mes personnages.
 Elle est mobile. C'est aussi pourquoi j'ai voulu ce titre aussi sobre qui n'avait jamais été utilisé.
Paris m'a fait vivre tellement d'émotions que j'ai voulu lui en rendre. Je lui suis redevable de tant de choses, d'être là et d'y habiter.»

 

   

DIALOGUES ( extraits ) :

 

-          Pour rien vous cacher j'ai pas vraiment dormi.
- La prochaine fois faudra qu'on le fasse ensemble.
- Vous me proposez de pas dormir avec vous c'est ça ?



ils ne savent pas la chance qu'ils ont tous ceux-là. Ils marchent, ils respirent ils courent. Ils s'engueulent, ils sont en retard... Ils savent pas la chance qu'ils ont.
 Être juste comme ça, insouciants, dans Paris. Je les envie d'être en vie


 
Je regarde les autres vivre. Je me pose des questions sur eux, qui ils sont... où ils vont... Tu vois, ils deviennent des sortes de héros d'histoires que je m'invente

 

Plus solitaire que moi tu meurs. Même mon chat veut me larguer, t'as qu'à voir


 
Vous savez quand on est chercheur en France, on cherche surtout à gagner sa vie


Les gens ralent, ils ne sont jamais content, c'est Paris

 

http://cinelog.fr/film:1796

 

«Les femmes qui ont du répondant font peur aux hommes»?

Partager cet article

Repost 0