Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

VISION : thérapie optogénétique ( optogenetics therapy )

20 Janvier 2022 , Rédigé par Ipsus

Un patient aveugle, atteint de rétinopathie pigmentaire à un stade avancé, a retrouvé partiellement la vue après avoir été traité grâce à la thérapie optogénétique.

Sa sensibilité à la lumière s'est améliorée et le patient est aujourd'hui en capacité de localiser et de toucher des objets

 

https://www.institut-vision.org/fr/news1/637-.html

 

Les chercheurs de l’Institut de la Vision, emmenés par le Directeur de l’IHU FOReSIGHT, le Pr José-Alain Sahel un ophtalmologiste visionnaire, avec le Directeur de l’Institut d’ophtalmologie de Bâle (Suisse), Botond Roska et la Start-up GenSight Biologics ont travaillé au développement de la thérapie optogénétique pour restaurer la vue de patients devenus aveugles.

L’incroyable innovation repose sur une protéine d’algue pour réintroduire une sensibilité à la lumière dans la rétine aveugle.

Si la thérapie optogénétique basée sur la protéine d’algue a révolutionné la recherche en neurosciences, c’est la première fois au niveau international que cette approche innovante est utilisée chez l’homme avec succès.

Cette approche thérapeutique cible toutes les pathologies avec perte des photorécepteurs comme la rétinopathie pigmentaire, qui affecte le patient inclus dans l’essai clinique et ayant retrouvé la vue. Cette maladie génétique dégénérative de l'œil se caractérise par une perte progressive de la vision, causée par des mutations dans plus de 71 gènes différents (https://sph.uth.edu/retnet/sum-dis.htm)

Cependant, l’approche pourrait s’appliquer à d’autres pathologies de la rétine comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge .

Comment fonctionne l’optogénétique ?

En 2002, le Pr Bamberg et ses collègues allemands et italiens caractérisent le fonctionnement d’une protéine photosensible présente chez une algue unicellulaire. Ils découvrent en effet qu’en présence de lumière, cette protéine ou opsine produit un courant électrique qui déclenche le déplacement de l’algue vers la source lumineuse.

Il est alors envisagé d’utiliser cette protéine d’algue pour compenser la disparition des photorécepteurs en l’exprimant des neurones résiduels de la rétine, les cellules ganglionnaires qui deviendront alors sensibles à la lumière.

Pour introduire le code génétique de l’opsine d’algue dans les cellules humaines, les chercheurs utilisent un vecteur viral utilisé classiquement pour la thérapie génique. Ce vecteur viral de type Virus Adéno-Associés (AAV) est injecté dans l’œil du patient aveugle.                                     

Voir cette video pour les explications sur l' optogénétique        👇

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :