Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Knock on Wood

CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?

21 Août 2019 , Rédigé par Ipsus Publié dans #ASIE, #GEOPOLITIQUE, #Finances -TAUX -Emprunts

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a connu un nouvel épisode cette semaine avec l’annonce de nouvelles taxes douanières américaines sur les importations chinoises, applicables en septembre.

La réaction de Donald Trump tombe au plus mauvais moment pour Pékin, alors que son économie tourne au ralenti.

C’est d’ailleurs ce ralentissement qui explique la dépréciation du yuan, et non pas une manœuvre délibérée de la banque centrale chinoise, comme le locataire de la Maison-Blanche semble vouloir le croire.

Alors que leurs négociations commerciales s’enlisent, les points de friction se multiplient entre les deux pays, chacun persuadé d’être en mesure de faire plier son adversaire

https://t.co/2iiGAoTqEq?amp=1

 

Une guerre commerciale,

 "c'est comme au ping pong, 

sauf que les balles sont des dollars et que les raquettes sont des dossiers"

CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?

La semaine dernière, le Trésor américain a attribué cette désignation à Beijing pour la première fois depuis 1994, ébranlant les marchés financiers et intensifiant une guerre des tarifs acharnée entre deux des plus grandes économies du monde.

Un accord conclu par le Groupe des Sept des économies les plus avancées au monde en 2013 stipule que les membres devraient se consulter avant de prendre des mesures importantes en matière de change.

Mais les responsables actuels et anciens ont déclaré que le Trésor n’avait pas tenu ces consultations, ce qui contredit l’affirmation du conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow selon laquelle les membres du G7 étaient présents.

Les pays européens ont été étonnés par le manque de coordination, a déclaré à Reuters un haut responsable d'un pays européen du G7, demandant de ne pas être nommé, car ils n'étaient pas autorisés à parler aux médias.

Au lendemain de cette annonce, le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a mis en garde contre un risque d'attiser les tensions à un moment où les conflits commerciaux gênaient déjà la croissance.

"Une nouvelle escalade ne fera que causer des dommages", a déclaré Scholz dans un communiqué, ajoutant: "Tout le monde devrait garder la tête froide et calmer un peu la rhétorique".

La désignation de lundi est intervenue quelques heures à peine après le tweet du président Donald Trump selon lequel la Chine manipulait sa monnaie suite à une chute du yuan sous le yuan de moins de 7 dollars le dollar américain, elle-même survenue quelques jours après que Trump a annoncé qu'il imposerait un droit de douane de 10% sur 300 milliards de dollars supplémentaires des produits chinois. Un yuan plus faible rend les importations chinoises moins chères.

Cette annonce a surpris beaucoup de monde à la Maison-Blanche, d'autant plus que le Trésor n'a pas qualifié la Chine de manipulateur dans son dernier rapport semestriel sur les devises publié en mai, a déclaré une personne proche du dossier.

En vertu d'une loi américaine sur les monnaies de 1988, le principal objectif de cette désignation est de forcer les négociations avec le pays incriminé afin d'éliminer tout avantage indu. Si aucune solution ne peut être trouvée, le président peut imposer des pénalités.

CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
Etats-Unis-Chine: de la bataille commerciale à la guerre des monnaies?

Etats-Unis-Chine: de la bataille commerciale à la guerre des monnaies?

CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?

Donald Trump continue à mettre la pression sur Pékin.

 

S’exprimant devant la presse à la Maison Blanche, le président américain a déclaré vendredi 9 aoùt,que les Etats-Unis n’étaient « pas prêts à faire un accord ».

Donald Trump a aussi exprimé des doutes sur la tenue de la nouvelle session de pourparlers avec la Chine prévue début septembre.

Concernant Huawei, le président américain a déclaré que les transactions entre l’équipementier chinois et les Etats-Unis resteraient suspendues pour le moment, avant d’ajouter que la situation pourrait changer en cas d’accord.

Le 19 août, Washington doit statuer sur le sursis accordé à Huawei en mai, peu après l’imposition de sanctions. Les Etats-Unis ont interdit le 16 mai au groupe télécoms chinois d’acheter des produits comportant au moins 25% de composants issus d’une technologie ou de matériaux américains.

Washington estime que Pékin pourrait se servir de Huawei à des fins d’espionnage, des accusations que la Chine rejette.

CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?

L’économie des Gafam est oligopolistique pour trois raisons.

1) leur business model est basé sur l’utilisation d’infrastructures numériques d’une puissance colossale et le traitement de milliards de données (le big data).

Le coût de ces investissements est gigantesque (des milliards de dollars) et ne peut s’amortir que sur un marché immense. Ces entreprises ont donc besoin de réaliser un chiffre d’affaires énorme pour être rentables.

2) Amazon, Facebook ou même Netflix sont (ou fonctionnent comme) des réseaux : plus elles comptent d’utilisateurs, plus elles apportent de la valeur.

C’est évident pour Facebook, Instagram ou WhatsApp. Ces applications ont plus de valeur quand elles connectent des milliards d’humains plutôt que quelques dizaines. Ça l’est aussi pour Amazon.

Plus l’entreprise compte de clients, plus elle attire des offreurs et plus sa plateforme est utile.

Même Netflix fonctionne selon ce schéma. Plus la plateforme convainc un grand nombre d’utilisateurs, plus ses algorithmes peuvent analyser et prédire avec succès ce qui plaît au public, lui permettant d’élargir son audience.

3) ces entreprises vendent un service dématérialisé. Leur marché est donc théoriquement mondial.

Les Gafam étendent ainsi leur empire de plusieurs façons.

a) les effets de réseau leur permettent d’étendre leur base d’utilisateurs. C’est une croissance « horizontale ».

b) ces entreprises pratiquent l’intégration « verticale » afin d’être innovantes sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Netflix devient producteur plutôt que de rester un simple distributeur ; Amazon produit des robots pour maîtriser la logistique ; Facebook crée une monnaie, le libra, stade ultime de la croissance « verticale ».

c) disposer d’une capacité d’analyse en big data permet d’investir de nouveaux secteurs. Facebook connaît suffisamment ses utilisateurs pour leur proposer une offre de services de rencontres amoureuses. C’est une croissance « transversale ».

Du point de vue économique, les Gafam ne sont pas devenus des géants par hasard mais parce que leur grande taille rendait un service au consommateur. Les démanteler diminuerait la valeur de ce service. Une différence fondamentale entre la troisième révolution industrielle et l’économie industrielle fordiste tient à la présence de rendements croissants : aujourd’hui, la valeur du service apporté au consommateur dépend beaucoup plus de la taille que ce n’était le cas par le passé, ce qui remet en cause ce que nous pensions savoir des vertus de la concurrence au XXe siècle.

Surtout, du point de vue géopolitique, démanteler les Gafam reviendrait à offrir le monde à la Chine.

Des entreprises comme Alibaba ou Tencent ont des tailles comparables aux Gafam américains. Elles évoluent dans un écosystème chinois très concurrentiel, soutenu sans état d’âme par leur gouvernement.

Le démantèlement des Gafam est une obsession européenne contre-productive qui n’apporte rien à notre continent, sinon le soulagement psychologique propre aux perdants qui regardent passer les trains.

Le droit de la concurrence doit être appliqué avec rigueur pour faire en sorte que les comportements des grandes entreprises n’empêchent pas l’innovation dans les plus petites. Mais le vrai drame, c’est que l’Europe ne compte ni Gafam ni BATX.

Voilà quelle devrait être l’obsession de la nouvelle Commission.

*Fondateur du cabinet de conseil Asterès. 

La leçon ultime de la guerre froide n’est pas de réitérer l’approche plus ferme des États-Unis à l’égard de la Chine, mais de saisir les avantages de la concurrence stratégique tout en évitant les pièges.

La Chine étant déterminée à devenir la première puissance technologique du monde, les États-Unis devraient augmenter les fonds alloués à la recherche et au développement dans le pays, tout en mettant à niveau son système éducatif afin de préparer la main-d'œuvre de l'avenir.

Alors que l'empreinte économique de la Chine dans les pays en développement continue à se développer, les États-Unis devraient renforcer leurs échanges commerciaux et leurs investissements sur les marchés émergents, générant des emplois américains et bénéficiant simultanément aux économies locales. 

 Trump se concentre sur les tarifs alors que la Chine poursuit sa domination numérique mondiale

Washington devrait s'opposer à l'influence de Pékin là où cela compte le plus, plutôt que de rivaliser partout et de devenir trop étendu .

 

https://twitter.com/dankliman : Daniel Kliman est Senior Fellow et directeur du programme de sécurité Asie-Pacifique au Centre pour une nouvelle sécurité américaine .

Quartz a analysé les flux commerciaux des catégories de produits affectées par les tarifs douaniers chinois et américains. 

Les données montrent que le vainqueur de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine n’a été jusqu’à présent ni les États-Unis ni la Chine.

 Ce sont des pays tiers tels que l'Australie, le Brésil, le Mexique et le Canada qui ont comblé le vide et trouvé de nouveaux acheteurs aux États-Unis et en Chine.

Le Mexique, Taiwan, la Corée du Sud, le Japon et le Canada ont tous enregistré une augmentation significative de leurs exportations vers les États-Unis à la suite des taxes américaines sur les produits chinois.

L'Australie, la Suisse, le Brésil, Hong Kong et le Canada ont vu leurs exportations augmenter vers la Chine continentale.

CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
CHINE , USA $ et YUAN : qui manipule quoi ? U.S.-China Currency War?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :